Archives 2003-2008 du forum de discussions sur France Culture

Le forum de discussions sur FRANCE CULTURE du site DDFC est fermé mais vous pouvez accéder en lecture aux 35.000 messages d'auditeurs archivés, ainsi qu'aux fameux SMILEYS et DÉCALCOS. Mention légale : les textes, idées et contenus présentés ici n'engagent que leurs auteurs à titre personnel et non le propriétaire du site DDFC.


 La pétition SOS France Culture continue sur le site sosfranceculture.free.fr        Dictionnaire TLF 
 Recherche :
 Dans le fil

Retour à la liste des messages
Guy Dufau

21/03/2004
10:41
DERNIERE HEURE, DERNIER SABOTAGE

Nous nous apercevrons lundi prochain que la chronique de Miguel Benassayag est supprimée,il a été licencié par Laure Adler,jeudi 18 mars et à fait sa dernière chronique vendredi 19-03-04
 
Louise

21/03/2004
11:22
re : DERNIERE HEURE, DERNIER SABOTAGE

OOH !
D'où vient l'info?
 
Guy Dufau

21/03/2004
11:42
re : DERNIERE HEURE, DERNIER SABOTAGE

L'info vient de Evelyne Sire Marin, magistrate,du Syndicat de la Magistrature
 
dom

21/03/2004
12:07
re : DERNIERE HEURE, DERNIER SABOTAGE


ah viré? c'est des choses qui arrivent,et pour quoi on le vire la c'est plus interressant de savoir les motivations de l'employeur.
- il ne convient plus a la tendance du moment.
- faute professionelle
- manque de professionalisme
- ect.
tu as l'information de ces motivations Guy?
on ne vire jamais quelqu'un pour le plaisir de le virer,mais bien pour une raison de nuisance ou d'ineficacité. explique stp.
dom

 
Guy Dufau

21/03/2004
12:44
re : DERNIERE HEURE, DERNIER SABOTAGE

Voici le texte qui a servi de canevas à la chronique de Miguel Benassayag
ci dessous le texte servant de canevas à la chronique de jeudi 17
mars,
suivie du licenciement du chroniqueur...

-----------------------------------------------------------
A QUOI SERVENT LES LOIS SECURITAIRES?
-----------------------------------------------------------

Les textes sécuritaires votés depuis deux ans à l'initiative du gouvernement
n'ont paradoxalement pas pour objet de réduire la délinquance, pas plus que
la loi contre les discriminations n'aura pour effet de réduire le nombre de
foulards islamiques dans les écoles. Ces lois stigmatisent au contraire des
populations cibles, en les excluant socialement, comme si l'objectif était
de les dresser contre la République. On aura ainsi obtenu la démonstration
recherchée, selon laquelle il est décidement impossible d'intégrer dans la
société française les femmes musulmanes et les jeunes des banlieues,
appartenant d'ailleurs aux mêmes réserves de ces nouveaux indiens, les
"arabo-musulmans".
Tout ce passe comme si, au contraire, ces lois d'exclusion devaient
maintenir la pression de la peur sur les électeurs, entretenir leur effroi
pour les refuznik de la République, en attendant les barbares des banlieues
au journal télévisé du soir.

Le but des lois sécuritaires est d'utiliser politiquement la délinquance de
rue comme trompe-l'oeil idéologique, de masquer le démantèlement de l'état
social, tel qu'il résultait du programme de 1945 du Conseil National de la
Résistance. Mais l'actuel gouvernement risque d'être lui-même victime de ce
jeu de leurre de l'opinion publique; car il est en train de réaliser en
partie le programme du Front National (187 pages, 300 propositions), sans
pour autant être certain de capter l'électorat d'extrême droite.

Séduire l'électorat d'extrême droite
Il apparaît que sur les 24 propositions du F.N. ,en matière de "justice et
police", 11 d'entre elles ont déjà été réalisées par D. Perben et N Sarkozy
:

- "expulser les délinquants étrangers" :
A cette fin, la loi immigration du 26 nov 2003 fait passer de 12 à 32 jours
le délai de rétention des sans papiers pour augmenter le taux effectif
d'expulsions.

- "bannir la politisation de la magistrature" :
Le projet du Garde des Sceaux de modifier le serment des magistrats en
étendant l'obligation de réserve y pourvoira, ainsi que les poursuites
actuelles contre des magistrats du Syndicat de la Magistrature: Hubert
Dujardin (affaire Tibéri et hélicoptère dans l'Himalaya), Albert Levy
(affaire des cantines du front national à Toulon) C Schouler (livre "vos
papiers" sur les contrôles d'identité ) et E Alt ( déclaration contre la loi
Perben 2 à l'audience).

-"organiser une coopération étroite entre police et justice" :
C'est l'idée de "chaîne pénale"qui supprime la séparation des pouvoirs entre
l'exécutif et le judiciaire; la circulaire du 4 février 2004 du ministère de
l'intérieur enjoint même aux policiers de faire des remontrances aux
procureurs si leurs décisions ne leur conviennent pas.

- "rétablir la justice de paix" :
la loi du 9 septembre 2002 crée les juges de proximité, notables locaux
sans indépendance statutaire.

- "réhabiliter les peines promptes, certaines et incompressibles" :
La loi Perben du 9 septembre 2002 permet de prononcer jusqu'à 20 ans de
prison en comparution immédiate.


-"réduire l'écart entre le maximum et le minimum de la peine" :
La proposition de loi sur les peines plancher, soutenue par N. Sarkozy,
prévoit que l'emprisonnement ferme sera automatique à la 3ème récidive; par
exemple, on ira en prison pendant 3 ans, au 4ème vol de CD rom.

-"rééchelonner la hiérarchie des peines" :
la loi "criminalité organisée du 9 mars 2004 punit par exemple de 15 ans de
prison le vol en série de pièces de monnaie dans les horodateurs, organisé
par 3 personnes, y compris des mineurs ; un attouchement sexuel, sans
violence physique, sur une adolescente, entraînera l'inscription de l'auteur
pendant 20 ans sur le fichier des délinquants sexuels, après l'exécution de
sa peine, et rendra très difficile sa réinsertion.

- " sanctionner les manifestations publiques de la débauche" :
la loi sécurité intérieure du 18 mars 2003 crée le délit de racolage
passif.

-"créer 13 000 nouvelles places de prison" :
loi de programmation de la justice du 3 août 2002 le prévoit.

-"resocialiser les mineurs délinquants en centres fermés et responsabiliser
les parents":
la loi du 2 août 2002 crée 600 places en centres éducatifs fermés et le
projet sur la prévention de la délinquance imposera des stages payants aux
parents "irresponsables".

-"améliorer la rémunération des policiers" :
des primes de rendement sont créées pour les policiers et les magistrats.

Il manque encore, dans l'application du programme du FN par le gouvernement
Sarkozy, le rétablissement de la peine de mort, la suppression de l'Ecole de
la Magistrature et l'interdiction du syndicalisme dans la magistrature Les
lois sécuritaires ont deux objectifs communs:

- identifier et contenir les populations inutiles pour l'ordre économique,
les classes non laborieuses (chômeurs, jeunes des cités, immigrés,
mendiants, prostituées, nomades) étant devenues des classes dangereuses.

- traiter pénalement les questions sociales en marginalisant l'autorité
judiciaire, afin de passer du traitement artisanal actuel de la délinquance
par la justice, à un traitement de masse, industriel, cogéré par les
autorités administratives.


Les prescriptions de la Convention Européenne des Droits de l'Homme (droits
de la défense, présomption d'innocence) ralentissent en effet la production
de sanctions par la justice. Le projet "prévention de la délinquance"de N.
Sarkozy permet à des autorités administratives de coproduire des sanctions
pour les familles "à problèmes".
En amont de la justice, les maires pourront imposer des stages parentaux
payants, des tutelles aux prestations sociales, des expulsions pour troubles
de voisinage; en aval de la justice, l'administration pénitentiaire devient
juge de l'application des peines afin d'accélérer la gestion des flux
carcéraux , en accordant elle-même des réductions de peine (loi criminalité
organisée). Ce traitement pénal de masse de la délinquance a en outre
l'avantage de créer des emplois dans l'industrie de la punition
(surveillants pénitentiaires, vigiles...,).

Le leurre sécuritaire :
-------------------------
Ces lois sécuritaires ont une fonction de captation de l'opinion publique,
d'occultation idéologique de la politique actuelle de liquidation de l'état
social.
L'objet réel de la loi contre le foulard à l'école et des lois sécuritaires
n'est pas de traiter les problèmes qu'elles dénoncent (intégrisme,
délinquance, criminalité organisée...). Il faut au contraire que ces
phénomènes perdurent. Il est même souhaitable que les chiffres de la
délinquance contre les personnes augmentent ou soient gonflés pour tenir en
haleine les électeurs apeurés; il est nécessaire de stigmatiser les filles
voilées et le danger musulman pour détourner l'attention des chiffres du
chômage, des délocalisations d'entreprises, des enfants vivant en France en
dessous du seuil de la pauvreté (1million 1/2), de l'augmentation des
expulsions locatives et du nombre de S.D.F.
Pendant qu'on agite le chiffon rouge contre de jeunes lycéennes voilées et
contre l'insécurité de nos villes (pourtant les délits de voie publique ont
diminué de 21% en 2 ans à Paris), les affaires du MEDEF peuvent continuer.
L'attention des électeurs est détournée, et c'est bien là l'essentiel, de la
détresse des chômeurs, de la précarisation des salariés et de la remise en
cause du système des retraites et de l'assurance maladie. Le résultat
certain de la loi "contre les discriminations" est qu'on exclura de plus en
plus de jeunes filles des lycées, car le durcissement de convictions déjà
rigides est le réflexe de tout groupe victimisé. Le résultat annoncé des
lois sécuritaires est qu'on entassera encore plus de détenus dans les
prisons, dont chacun sait qu'elles sont des machines à produire de la
récidive.
Ainsi, selon les statistiques du ministère de la justice, 65% des personnes
condamnées à de l'emprisonnement ferme retourneront en prison, tandis que
seulement 11% de ceux qui ont bénéficié d'une peine de sursis simple ou
d'une libération conditionnelle récidiveront (infostats justice juillet
2003).


L'emprisonnement n'a donc pas pour effet de réduire la délinquance!
------------------------------------------------------------------------ ----
-----
Un ordre mobile.
Malgré l'inefficacité réelle de l'emprisonnement sur la délinquance, la
machine pénitentiaire tourne à plein régime : Déjà presque 61 000 détenus,
(c'est à dire 7% de hausse en un an!) en février 2004, et l'inflation
s'amplifiera par la création de nouvelles infractions (loi Sarkozy), tandis
que le nouveau jugement sur négociation de la peine avec le procureur va la
faire exploser. Au lendemain des élections présidentielles d'avril 2002, une
député UMP (N..Kosciusko-Morizet, le Monde du 14 nov 2002) avait plaidé pour
l'avènement d'un "ordre mobile": "Il importe avant tout que le curseur de
l'action se place là où l'adhésion accompagne le signe de l'ordre". Ordre
mobile, justice en temps réel, ce sont des valeurs "modernes", empruntées à
la mondialisation du marché, qui entrent dans l'univers judiciaire. Comme la
circulation des marchandises, les lois doivent être fluides et flexibles, et
la justice doit être immédiate. Effrayant aveu d'un projet de société
pénalisant la simple contestation de l'ordre, N Sarkozy met en place cet
"ordre mobile": Les infractions crées par la loi "sécurité intérieure" du 18
mars 2003 ne résultent plus d'un préjudice matériel et concret causé à
quelqu'un; elles se déduisent d'un comportement, mendier, se prostituer,
bavarder en groupe devant un immeuble...
L'ordre social seul est en cause dans ces nouvelles infractions qui
n'occasionnent aucun préjudice à une victime particulière.

La loi "criminalité organisée" du 9 mars 2004 complète le dispositif en
orientant ces procédures vers "la négociation de la peine" avec le parquet.
Une misérable justice, sans juges et sans audiences, pour des affaires de
misère. Aux Etats-Unis, ce système de plea-bargening a été déterminant dans
l'émergence des villes-prisons (taux d'incarcération 7 fois supérieur à
celui de la France), accompagnée par l'automaticité des peines fermes en cas
de récidive.

Séparer les populations utiles des populations inutiles Les récents textes
sécuritaires s'articulent donc par une vision cohérente de l'organisation
sociale, dont l'objet est de séparer les populations utiles (électeurs,
salariés), des populations inutiles (chômeurs , délinquants, immigrés).


Qu'il s'agisse de la loi Perben du 9 septembre 2002 sur les "orientations de
la justice", de la loi Sarkozy du 18 mars 2003 sur la "sécurité intérieure",
de la loi sur l'immigration du 26 nov 2003, ou de la loi "criminalité
organisée"du 9 mars 2004, toutes les lois récentes illustrent le traitement
pénal des questions sociales.
Car la disparition des emplois industriels, le déséquilibre des relations
salariés /employeurs, laissent sans activité et sans espoir, d'immenses
réservoirs de main d'oeuvre, jusqu'ici utilisés dans l'essor économique. Un
traitement social de ces populations en déréliction nécessiterait une autre
politique de services publics, une autre distribution des richesses, que le
MEDEF ne peut accepter. La seule alternative qui s'offre à l'actuel
gouvernement est d'appliquer un traitement pénal de masse à ces populations
désormais au chômage pour lesquelles il n'est plus possible de monter dans
l'ascenseur social, et qui ne peuvent même plus prétendre à la condition
ouvrière de leurs parents. La crise du libéralisme détermine cette
régression conservatrice, et ces lois sécuritaires.
Celles ci permettent à la fois d'alimenter la peur, l'individualisme, donc
d'empêcher les mobilisations sociales, mais aussi de créer des emplois dans
"l'industrie de la punition" et de la surveillance, selon l'analyse de Niels
Christie.


L'industrie de la punition
------------------------------
L'ensemble du secteur de la sécurité publique et privée (policiers, vigiles,
surveillants, gendarmes...) représente presque 400 000 emplois en France;
il est en croissance constante, puisque 14 000 policiers et gendarmes vont
encore être recrutés d'ici 2007.
La 13ème édition de "MILIPOL Paris 2003", salon entièrement dédié aux
technologies de la" sécurité intérieure des états et de la lutte
anticriminelle", témoigne de la prospérité de ce secteur économique qui
génère de nouveaux métiers et crée des emplois autour de la biométrie
(identification humaine), des caméras intelligentes, des entreprises
d'intelligence économique (stratégie du risque)... Bourdieu remarquait déjà
en 1993, dans "la misère du monde", que le chiffre d'affaires de la sécurité
privée représentait le tiers du budget de la police nationale (article de
Rémi Lenoir, "désordre chez les agents de l'ordre") .
C'est ainsi que dans une période où 10% de la population est au chômage, la
prison a une fonction asilaire, mais aussi un rôle économique.


L'ouverture des champs pénitentiaire et judiciaire aux entreprises privées
se manifestent par des modifications importantes des règles concernant les
marchés publics: Les lois de programmation pour la sécurité intérieure et
pour la justice prévoient des dérogations aux procédures d'appels d'offres,
pour la construction des 13 000 nouvelles places de prison et des 600 places
de centres fermés pour mineurs. Le montant des sommes engagées s'élevant à
1,3 milliards d'euros pour les seules prisons, tout le secteur des travaux
publics va bénéficier de la politique du tout carcéral, sans compter la
construction de commissariats et de la création d'une centaine d'unités de
gendarmerie, d'ici 2007 (toujours selon des procédures dérogatoires au code
des marchés publics).
Si on se fie aux pratiques actuelles des entreprises du bâtiment, on verra
bientôt le Ministère de la justice lui-même mis en examen dans des affaires
de corruption.... Pour de nombreux groupes (Valeo, Vahiné, Assistance
Publique des Hôpitaux de Paris...), le travail des prisonniers, payé bien en
dessous du SMIC, représente un main d'oeuvre flexible à souhait, sans
syndicat ni risque de grève, sans que le droit du travail ne s'applique.

Les cantines des prisons assurent depuis longtemps de confortables bénéfices
à la multinationale Sodexho.
Les prisonniers sont rémunérés à la tâche pour assembler des matériels de
perfusions ou des équipements de voitures, tandis que des entreprises se
partagent les profits du renouvellement des armes des policiers (300 000
armes de poing pour 90 millions d'euros ), des bracelets électroniques
(Elmotech), des flash balls....
La vidéo surveillance des rues ou des parkings concerne 388 communes en
France, avec un budget d'environ 100 000 euros par commune; ce marché va se
développer considérablement car le projet de loi Sarkozy sur la "prévention
de la délinquance" accorde des réductions d'impôts en cas d'installation de
caméras dans les immeubles collectifs!

Tandis que certains font des affaires grâce à l'expansion du marché du
sécuritaire en profitant de l'idéologie de la tolérance zéro, des pans
entiers de la populations sont reléguées, soit dans une infra-société, sans
services publics et sans égalité des droits, survivants du RMI et du travail
précaire, soit dans les prisons, qui sont plus que jamais, comme l'a
démontré Loïc Wacquant, celles de la misère.
___
Aujourd'hui, dans les prisons françaises, il n'y a jamais eu autant de
détenus depuis la fin de la guerre...


---

 
DDFC

21/03/2004
13:17
re : DERNIERE HEURE, DERNIER SABOTAGE

J'ai eu confirmation par une journaliste. Miguel Benasayag a été congédié jeudi dernier par Laure Adler au motif que ses chroniques étaient "trop militantes".

Lorsqu'il a protesté en disant "Mais Laure, Alexandre Adler aussi, c'est militant", Laure Adler aurait répondu "Oui, mais c'est pas pareil."

Cette censure ultra-rapide d'un chroniqueur rappelle de façon lamentable le licenciement de son prédécesseur Eric Dupin en janvier 2003, éjecté également pour des raisons politiques.

---------------------------------------------------
Ci-dessous, le texte diffusé par Evelyne Sire-Marin, magistrate, membre du Syndicat de la Magistrature http://www.syndicat-magistrature.org/

<< Ceux qui appréciaient les chroniques quotidiennes de Miguel Benasayag dans les "matins de France Culture", à 8h30, s'apercevront lundi prochain qu'elles sont supprimées. En effet, Miguel Benasayag a été licencié par Laure Adler, la directrice des programmes de France Culture, jeudi 18 mars et a fait sa dernière chronique ce vendredi 19 mars. La chronique de jeudi s'appuyait sur le texte ci dessous, comparant le programme sécuritaire du Front National et les réalisations de N Sarkozy; cette chronique finissait par un soutien à Albert Levy, dont le procès commençait jeudi matin.

La directrice des programmes de France culture a estimé que les chroniques de Miguel étaient trop orientées politiquement , et mentionnaient trop souvent les combats du DAL (droit au logement) ou du Syndicat de la Magistrature(comme ce fut le cas jeudi). Il faut savoir que l'une des chroniques précédant celle de Miguel Benasayag dans les "matins de France Culture" est celle d'Alain Gérard Slama, à 7h45, journaliste au Figaro, dont il n'est pas exagéré de dire qu'elles sont, elle-aussi, "très orientées"! Mais l'orientation de droite n'en est pas une; comme chacun sait, c'est l'expression du "bon sens"...

Ceux qui aimaient les analyses de Benasayag peuvent écrire qu'ils regrettent son absence à : Laure Adler, Directrice des programmes de France Culture, Maison de Radio France, 110 avenue du Président Kennedy, 75786, Paris, cedex 16. Ils peuvent aussi acheter le dernier livre de ce philosophe/psychanalyste: La fragilité, éditions la Découverte, qui paraîtra la semaine prochaine. Décidemment, les digues de la résistance à l'ordre sarkozien cèdent unes à unes...>>

 
Louise

21/03/2004
15:14
re : DERNIERE HEURE, DERNIER SABOTAGE

Je viens d'écouter l'émission de Michel Benasayag du jeudi 18 mars. Il parlait de l'alliance en Autriche entre les socialistes et l'extême-droite et enchaînait sur un livre en France de Evelyne Sire-Marin qui va bientôt sortir dit-il et "dont je reparlerai" ....
Dans ce livre, Evelyne Sire-Marin décrit les dernières propositions de loi du gouvernement actuel , onze d'entre elles sont inscrites dans le programme du Front National!
C'est quand même incroyable que Michel Benasayag soit viré parce qu'il annonce son intention de parler de ce livre ?
Et Eric Dupin, lui c'était parce qu'il ne jouait pas le jeu d'être toujours le chroniqueur de gauche.
Si c'est confirmé et effectif, ce serait incroyablement grave.
Ils sont devenus totalement fous !
 
Henry Faÿ

21/03/2004
15:22
atteinte à la liberté d'expression

J'écoutais très peu les chroniques de Miguel Benassayag et je ne les appréciais guère mais je trouve insupportable scandaleux et même inconcevable que la censure s'exerce de cette manière. La liberté d'expression doit être totale sur les ondes dans le service public. Rappelons-nous que ce n'est pas la première fois, il y avait déjà eu l'éviction du très modéré Eric Dupin qui avait eu le malheur de ne pas entrer dans les plans un peu biscornus de Laure Adler, tel est du moins le message qu'il nous a communiqué. Les réactions à cette éviction ont été trop faibles et c'est ce qui a encouragé la direction à récidiver. J'attends la suite si suite il y a et j'espère qu'il y en aura.

 
ADLER LAURE

21/03/2004
15:41
re : DERNIERE HEURE, DERNIER SABOTAGE

c'est un pur scandale virons Adler
 
lionel

21/03/2004
16:05
re : DERNIERE HEURE, DERNIER SABOTAGE

Triste fin de carrière pour une assistante de Mitterrand d'en être à prendre ses ordres chez Sarkosy et Perben.

J'ai retrouvé une interview intéressante de Miguel Benasayag:
Résister "malgré tout" http://www.peripheries.net/g-bensg.htm
 
LDH Toulon

21/03/2004
16:13
re : DERNIERE HEURE, DERNIER SABOTAGE

La veille de son licenciement, Miguel Benasayag a participé à un meeting de soutien à Albert Lévy.

Y a-t-il un lien entre les deux faits ?

http://perso.wanadoo.fr/felina/albert_levy/
 
Olivier

21/03/2004
16:22
re : DERNIERE HEURE, DERNIER SABOTAGE

Si c'était vrai, je me félicite de cette mise à l'écart. France Culture est une radio financée par des fonds publics. Il est anormal qu'elle soit captée par des chroniqueurs promouvant des officines ultra minoritaires (DAL, SM, MIB ...) Mermet suffit bien à représenter cette chienlit gauchiste.
 
lionel

21/03/2004
16:28
re : DERNIERE HEURE, DERNIER SABOTAGE

Etant idéaliste, j'oublie toujours que les états policiers s'installent grace au soutien des imbéciles heureux.
 
Eric Dupin

21/03/2004
17:32
re : DERNIERE HEURE, DERNIER SABOTAGE

Il est assurément déplorable que la direction d'une radio publique théoriquement consacrée à la culture se sépare brutalement d'un chroniqueur sous la pression de milieux politiques. J'ajoute simplement deux précisions:
1/ En ce qui me concerne, j'avais été "remercié" par Laure Adler pour cause d'"indépendance d'esprit". Apparemment,le "chroniqueur de gauche" qu'elle avait engagé avait eu le tort d'attaquer parfois le PS et d'autres partis. L'idée que je me fais de la gauche est certes assez différente: défendre les salariés de Daewoo ou encore critiquer les flibustiers du pétrole. Pour autant, je confesse croire qu'il est dépassé et intellectuellement malhonnête de se demander dogmatiquement, pour chaque sujet, quelle est la juste position de "gauche"...
2/ Lorsque j'ai su que Miguel Benassayag me remplacait, je l'ai informé des conditions de mon éviction. Il n'a eu aucune réaction.
 
Olivier

21/03/2004
18:17
re : DERNIERE HEURE, DERNIER SABOTAGE

Etant un imbécile heureux, j'oublie toujours que la barbarie ne s'installe qu'avec la complicité des idéalistes.
 
Louise

21/03/2004
18:27
re : DERNIERE HEURE, DERNIER SABOTAGE

Excusez-moi Olivier, mais je passe, pour remercier Eric Dupin de ses précisions.
Mais il faudrait quand-même comprendre ce qui se passe chez France-Cuture ?
Est-ce dans la tête de Laure Adler uniquement que quelque chose ne tourne pas rond ou y-a-t-il des pressions? et de qui ?
C'est incroyable cette façon d'agir.
 
lionel

21/03/2004
18:58
re : DERNIERE HEURE, DERNIER SABOTAGE

Cher Olivier, je m'incline devant l'habileté de votre répartie. Néanmoins chaussez vos lunettes, aucun risque ici d'être envahi par la barbarie de l'URSS défunte alors que les flash ball "à léthalité atténuée" de Sarkosy sont à nos portes (en fait il me suffit de regarder par ma fenêtre)

----------------
Louise, pour l'éviction des chroniqueurs, nous devons supposer que LA est sur un siège éjectable et agit en conséquence, non?

Tout ceci me remet en mémoire une parabole sur les années 30 en Allemagne:

- lorsqu'ils ont viré des présentateurs, je n'ai rien dit
- lorsqu'ils ont arrêté le boulanger, je n'ai rien dit
- lorsqu'ils ont arrêté mon voisin, je n'ai rien dit
- lorsqu'ils sont venu m'arrêter, il ne restait plus personne pour me défendre
 
Michel

21/03/2004
19:02
Plus de culture, moins de politique...

Tout ceci est scandaleux.

Mais si on faisait un peu plus de culture et un peu moins de politique sur France Culture, ne serait-ce pas une solution ?
 
louise

21/03/2004
19:09
re : DERNIERE HEURE, DERNIER SABOTAGE

Cela dépend de quelle cuture et de quelle politique?
Il me semble bien que quant à la politique, c'était pour Eric Dupin,le coeur du débat , Monsieur, faîtes-vous le chantre des politiques officiels de gauche, ainsi si ces officiels gagnent certaines élections, vous serez ma carte de visite.
Et je rajoute une courroie à mon siège pour l'amarrer.
Est-ce ainsi que les Hommes vivent?
Je pensais aussi à cette histoire Lionel, et aussi à celle que j'ai raconté déjà ici : "saluez, s'il vous plaît !"
 
laurent nadot

21/03/2004
20:17
Trop de politique sur France Culture

Je ne regretterai pas Benasayag, dont le militantisme assez acide caviardait une partie de la tranche des Matins, déjà suffisamment mise à mal comme çà.
Pour autant je ne danse pas de joie au spectacle d'une éviction, c'est à dire une forme de violence, et je ne serais pas surpris qu'elle ne soit que le début d'une nouvelle purge (nous sommes un certain nombre à la sentir venir, depuis plusieurs semaines...)

En tous cas je regrette qu'on n'en tire pas la leçon : celle de l'erreur qu'a été l'installation sur F-C de militants qui ont déjà leur tribune ailleurs.

Je suis donc en parfait accord avec Michel : cessez de confondre culture et politique. Tout ce qu'on lit ici montre que nous sommes peut-être compétents pour écouter de la culture, mais que certains ne le sont pas pour dégoiser de la politique.

Alors svp cessez de nous abruver de tracts à la con (je souligne et assume l'expression) et centrons nous sur cette radio. Vous verrez que les débats se détendront. Et pour militer vous avez des tas d'autres sites.

Laurent Nadot
(Saoulé par le caviardage de la propagande populiste sur DDFC)
 
lionel

21/03/2004
21:13
re : DERNIERE HEURE, DERNIER SABOTAGE

Je ne retiendrais qu'un chiffre de ce "tract à la con": le recrutement de 14000 fonctionnaires de police (ou gendarmes). C'est bizarre, dans ce cas les anti-fonctionnaires se taisent immédiatement... On ne les entend plus suggérer que l'emploi à vie sclérose la compétence des fonctionnaires de police...

Ce chiffre fabuleux de 14000 est bien sûr à comparer au refus obstiné d'offrir un poste à 550 jeunes chercheurs.

Tite photo de tous ces chercheurs qui doivent s'expatrier http://alexandre.kabla.free.fr/Expats/mobilisation.htm
 
laurent nadot

21/03/2004
21:33
ca doit etre maladif...

La question de la pertinence du statut des flics comparée à celle du statuts des chercheurs n'a rien à voir avec la radio. Pourquoi créer ici encore un sujet hors-sujet ici ? Ne t'y trompes pas Lionel, je ne soutiens pas plus la politique Sarkozienne que tu ne regrettes le stalinisme. J'ai par ailleurs suffisamment écrit ici en quoi ce gouvernement m'était antipathique.

Je n'ai qu'on combat : l'éducation de l'esprit, la culture, la soif de comprendre, l'esprit critique. Ca ne s'accomode pas avec les slogans, les manifs, les prises de position campistes, les copié-collés de tracts.

S'il n'y avait ici, comme parasites, que des tracts pour la recherche, ca ne serait pas un problème. Mais toute occasion est bonne à certains pour sortir la banderole. je suis la pour les traiter d'emmerdeurs, ce qu'ils sont assurément, et leur dire qu'ils ne sont pas prêts de me trouver hors de leur route tant qu'ils vampiriseront le débat. En revanche je me remettrai à perler exclusivement de radio quand les obsédés de la manif en chausson cesseront de me gaver...

Quant à la polémique actuelle sur la recherche il y a deja plusieurs fils sur le sujet, alors franchement, à quoi ça rime d'en remettre une couche ici ?

L.

 
Daniel

21/03/2004
21:46
re : DERNIERE HEURE, DERNIER SABOTAGE

http://www.winternet.com/~mikelr/flame55.html
[...]very predictable[...]

A part ça, par qui va-t-il être remplacé ?
L'écouter sera presque moins intéressant que lire vos commentaires (n'y voyez aucun sarcasme, bien au contraire).

 
lionel

21/03/2004
21:50
re : DERNIERE HEURE, DERNIER SABOTAGE

Salut Laurent, arf certains de tes messages c'est comme si tu appuyais sur un bumper: aussitôt une réponse fuse de mes 2 mains gauches sur le keyboard

 
laurent nadot

21/03/2004
22:06
Lionel

Arf, je crois qu'on a fini par se conditionner les uns les autres ici : Guy me sert de clochette pavlovienne et toi dès que tu lis mon nom tu sors le pinceau ...

Je commence à me demander si c'est pas jeannot lebrun qui a raison avec son "non mais vous êtes pas un peu malades" (cf le célèbre Pot-Au-Feu sanglant de décembre 99). On est tous bons pour la désinto huh

L.
 
louise

21/03/2004
22:27
re : DERNIERE HEURE, DERNIER SABOTAGE



Ah bon, il va y avoir de nouvelles purges ?
Et il faudrait n'en point parler parce que cela n'est pas de la Culture?
La Culture n'a que faire de la politique, c'est ça, mais la réciproque ?

 
lionel

21/03/2004
22:27
influences croisées

A noter que le "arf" est venu de Dom avant d'être adopté par LN, puis moi aujourdhui. Huh, stipli!!!!
 
Guy Dufau

21/03/2004
22:37
re : DERNIERE HEURE, DERNIER SABOTAGE

Quand Hitler en Allemagne,quand Mussolini en Italie,ne laissairent la parole qu'aux nazis et aux fascistes,quand des gens pensaient que s'occuper de l'actualité,de tenir des propos politiques était une activité parasitaire,qui s'exersait au dépens de la culture,ces gens-là se réveillèrent pour constater que la culture avait été assassinée.
"Quand j'entend parler de culture,je sors mon révolver"
Goebels


 
laurent nadot

21/03/2004
23:24
Louise

Louise, s'il y a des purges dans France Culture ca concerne le sujet de DDFC, qui nie cela ?

Si dans la vie comme elle va, produit par Francesca Piolot productrice exemplaire que nous aimons tous, le débat entre les invités n'évite pas les aspects politiques, on en parle sur DDFC et c'est ce qui a été fait avec modération dans un fil cette nuit même.

Mais (et dans les deux cas) c'est peut-être pas la peine d'en appeler à chaque fois aux grands idéaux humanitaires qui nous font perdre assez vite le sujet, et le sens de la mesure on l'a vu. Au début on parlait radio, maintenant on parle bistrot.

Il y a eu des fils complets consacrés à la fois aux émissions de FC et ou on parle politique, en lien direct avec le contenu de l'émission (l'esprit public, la rumeur du monde), et tant qu'ils n'étaient pas subitement envahi par un doc tombé de la lune, personne ne trouvait à y redire...

On peut aussi remplacer le mot "politique" par le mot "religion". On comprendra alors que ce qui s'est passé à la fin de l'année sur DDFC était une réaction à un excès, tout comme ce qui se passe ce soir est une réaction identique à un excès assez semblable.

L.

 
Louise

21/03/2004
23:47
re : DERNIERE HEURE, DERNIER SABOTAGE

Le fait est qu'il semble que Benasayag soit viré et pas parce qu'on vire tous les chroniqueurs de France-Culture.
C'est répugnant ! .
Elle est malade Laure Adler et elle vire un psy, beau gosse en plus, comme j'ai pu le voir aujourd'hui sur le lien cité. Comme toujours pas du tout comme je me l'imaginais à partir de sa voix.
Bon on verra demain.



 
laurent nadot

21/03/2004
23:55
A qui le tour ?

On devrait tout de même faire la liste des gens sacqués depuis 99 :
- Eric Dupin, Benasayag, Pierre Insuline, Ignacio Ramonet ?tous mis en place par la direction Laure Adler puis liquidés.
On peut se demander : à qui le tour ?

- Mais aussi René Farabet, Nadine Vasseur, et combien d'autres du canal historique ? Merci de rappeler tous ces noms. Parmi les liquidés d'avant 99, je n'écoutais de façon régulière que Culture Matin, Panorama, Le bon plaisir, Permis de Construire.

L.
 
dom

21/03/2004
23:57
re : DERNIERE HEURE, DERNIER SABOTAGE

j'avoue avoir une fois usé du tract a la con par un ras le bol de lectures alambiquées de centrale.(POM POM POM) c'etait bien la 9 eme Henry,mais c'est vrai que la politique gave, d'autant qu'elle n'apporte rien, même pas une ebauche de solution,je viens ici essentiellement pour comprendre le reste par des visions de gens que je trouve sympathique dans l'ensemble, DDFC est un des rare forum libre de parole et sans aucune censure ce qui a notre epoque est precieux, ceertain s'evertue comme des potache a faire du harcelement politique, ok pas de probleme mais c'est tellement primaire que ce discours m'agresse au sens ou j'ai l'impression en lisant ces tracts qu'on me prend pour un con, ce qui est vrai, mais j'aime pas le sentir.
alors les appels a la non politisation du forum j'apprecie j'adhere et je soutiens.

que Miguel soit viré ben j'y peut rien et a la lecture de Eric Dupin, je me demande si ce dernier n'a pas dans sa phrase de fin situé le personnage:

""2/ Lorsque j'ai su que Miguel Benassayag me remplacait, je l'ai informé des conditions de mon éviction. Il n'a eu aucune réaction.""

Merci Eric on voit a qui on a faire par ce biais.
L'humaniste a la petite semaine gonflé d'orgueil meprisant le "vaincu" sans la moindre compassion, arf :-)) (Lionel)


 
lionel

22/03/2004
00:39
re : DERNIERE HEURE, DERNIER SABOTAGE

Peut-être que Miguel a voulu voir par lui-même? C'est ce que je fais quand j'arrive dans une nouvelle boîte et qu'un employé me dit que le patron est une ordure. Il me faut verifier par moi même pour savoir si c'est l'employé qui est aigri ou bien le patron qui est effectivement une ordure.

 
paul kobisch

22/03/2004
08:44
re : DERNIERE HEURE, DERNIER SABOTAGE

Miguel baillonné, il n'y a plus aucune raison d'écouter FC et le moment est venu de sacrifier notre confort "culturel", ce plaisir d'écouter nos pairs, c'est à dire ces vanités qui hablent en échangeant leurs sourires décharnés, le moment est venu de cracher dans notre soupe, ce potage qui nous réconfortait tous les jours de croire n'être pas des imbéciles, que nous sommes malgré tout. Nous supportons depuis bientôt des lustres des Nadot qui nous couvrent de la bave de leurs ricanements, exactement comme les Copé qui se regardent dans le miroir de Coué pour s'assurer que les Français sont bien des cons, exactement comme Laure Adler vient de nous le faire savoir.
Le licenciement de Miguel est le "saut de la mort" de FC, et il faudra se conformer au risque pris par ses auteurs. Ce n'est pas un hasard que cet événement se passe aujourd'hui, car tuer la voix de Miguel c'est museler tous ceux qui ont voté hier contre le gouvernement et ses folies de nouveaux féodaux. Laure Adler et ses commensaux tombent le masque, à nous de zapper définitivement et je suis persuadé que tous les collaborateurs honnêtes de FC nous feront savoir d'une manière ou d'une autre qu'ils n'entendent pas tolérer cet assassinat moral sans réagir.
Merci Laure de nous donner ce signal historique, le sens vient toujours de la culture, les Français d'En-Bas sauront te manifester la reconnaissance de tes responsabilités. Pour ce qui concerne ce forum je rappellerai que Guy Ernest disait : "pas de dialogue avec les cons", j'ajoute pour ma part : "pas de dialogue à propos des cons". Le moment est venu d'appliquer ici ces sages paroles. Adieu.
Paul Kobisch

Lundi 8h42 : Touraine contre Miguel, c'est confirmé, dans la logique de ce que devait devenir, comme prévu par le même Guy Ernest, ce sociologue de parodie.

 
Guy Dufau

22/03/2004
09:06
re : DERNIERE HEURE, DERNIER SABOTAGE

"Pas de chronique,ce matin, de Miguel Benassayag"
C'est tout,rien d'autre,circulez,il n'y a rien à voir.
Quelle hypocrisie,quel courage!
Soyons attentifs à la suite,je ne suis pas d'accord avec Paul,il ne faut pas déserter.
 
Henry Faÿ

22/03/2004
10:43
réponses

Réponse à Olivier 21 mars 16h22
Des officines utraminoritaires peuvent fort bien porter des idées fortes ou en tout cas qui méritent d'être prises en considération. C'est le cas du DAL qui défend la cause la plus juste qui soit. Qu'on puisse à notre époque manquer d'un toit est un énorme scandale. Ce serait bien dommage qu'il n'y ait que des gauchistes pour s'occuper de cette question.
Réponse à Michel 19h02
Moins de politique sur les ondes je serais assez d'accord mais s'il doit n'y avoir que quelques minutes de politique par jour, au moins la liberté d'expression au cours de ces quelques minutes doit-elle être respectée. La liberté d'expression est un principe sur lequel on ne peut pas transiger.
Réponse à Lionel 21h13
Ce n'est certainement pas la titularisation de 550 chercheurs qui mettra fin à l'exil des scientifique, je dirais même au contraire, même si ça paraît paradoxal. De jeunes chercheurs de grand talent n'ont que faire d'une titularisation qui les lie pour toujours à une institution, ce qu'ils ne peuvent que souhaiter c'est participer à des recherches de premier plan et ces recherches ne peuvent avoir lieu que dans des institutions qui fonctionnent autrement que sur un mode complètement archaïque qui plonge ses racines dans le système soviétique de l'avant-guerre!!!
Je l'avais expliqué dans d'autres fils mais si ma démonstration n'est pas juste ou pas convaincante, on peut y revenir.
Réponse au message de Paul 22 mars 8h44 et totale approbation
"Le licenciement de Miguel est le saut de la mort de France Culture".
Je suis d'accord
"Laure Adler et ses commensaux tombent le masque"
C'est vrai
"Tous les collaborateurs de France Culture nous feront savoir d'une manière ou d'une autre qu'ils n'entendent pas tolérer cet assassinat moral".
Espérons


 
Guy Dufau

22/03/2004
10:45
re : DERNIERE HEURE, DERNIER SABOTAGE

Plus haut, j'ai confondu Goebbels et Goering,le gros et le maigre,c'est le maigre qui est l'auteur de ce mot historique:"quand j'entend le mot culture,je sors mon révolver".
En ces temps,où la liberté d'expression est menacée,je vous invite à visiter:http://www.fakirpresse.info
 
Thierry

22/03/2004
10:57
re : DERNIERE HEURE, DERNIER SABOTAGE

Est-il possible de dire que benassayag ne faisait que vomir ?
L'âge mental de ceux qui ne savent que dire non n'est intéressant que lors des grandes invasions. En tant que soit-disant analyste, c'est un nul. Il n'est pas donné à n'importe qui de passer de la clinique au social.
Quelqu'un d'entre vous a-t-il lu un de ses livres ?
Il suffit d'en feuilletter un pour avoir une idée de la chienlit gauchiste (j'aime bien l'expression d'Olivier !) : rien de constructif, c'est toujours de la faute des autres. Âge mental au dessous de sept ans.
Thierry Lechevalier
 
laurent nadot

22/03/2004
11:07
Pour rétablir une vérité

Pas d'accord.

C'est pas parce que les livres et les chroniques de Benasayag sont bourrés de clichés d'adolescent attardé que ce type est nul en tant qu'analyste.

Vu ce qu'est la psychanalyse (une outre gonflée d'air), je pense qu'au contraire que Miguel doit y etre très bien.

Veuillez donc retirer ces propos insultants.

Et vite.

LN
 
Nazdeb

22/03/2004
12:25
re : DERNIERE HEURE, DERNIER SABOTAGE

Je tiens à préciser que j'ai rarement vu de "dogmatisme" chez Miguel Benasayag.

Alors qu'Alain-Gérard Slama déroule tous les matins un talent rhétorique pour tordre des faits en faveur de son idéologie (biais systématique de confirmation d'hypothèse, stéréotypie, définitions à géométrie variable sur ce qu'est la gauche, la droite, etc.), Benasayag, "militant" de "gauche", basait ses chroniques sur des analyses constructives et souvent pertinentes. Je me souviens notamment qu'il n'a pas décrié l'amendement Accoyer - mesure proposée par la droite - visant à réglementer la psychothérapie, tout à fait au rebours de sa corporation, et a même a défendu cette idée promue par la droite d'un encadrement et d'une évaluation de sa profession par les pouvoirs publics. C'est cette indépendance d'esprit vis-à-vis même de son propre camp idéologique (notamment sa critique intransigeante de l'attitude jugée favorable de Ramonet à l'égard de Cuba).

Je suis d'accord avec Paul : il est pour moi difficile le continuer à écouter FC avec ce genre de censure.

Nazdeb, écoeuré
(rapide passage et un petit salut à tous, chers Dom, Paul, Louise, Laurent, Olivier, Guy, etc.)

 
Guy Dufau

22/03/2004
12:33
re : DERNIERE HEURE, DERNIER SABOTAGE

"Quelqu'un d'entre vous a-t-il lu un de ses livres?"
Oui Thierry,il y en a,j'ai lu "Le mythe de l'individu"
La découverte janvier 1999.Titre que j'avais trouvé très actuel,qui colle bien à notre socièté de tous contre tous,où dans les boites chacun est l'objet d'une pernicieuse menace:çà va être lui ou moi le prochain lourdé,une minorité tire toute la couverture à soi, laissant dans la majorité dans la froidure,où...où...
 
Nazdeb

22/03/2004
12:56
re : DERNIERE HEURE, DERNIER SABOTAGE


Moi j'ai lu les "Passions tristes", sur la relation entre la destruction du lien social par les normes libérales et les affections psychiques. J'ai assez aimé, mais j'y déplore le manque de descriptions concrètes et cliniques et peut-être l'insuffisance de référence à des travaux de recherche et à l'histoire. C'est un livre écrit par un philosophe (ce qu'est Benasayag), ce n'est pas un ouvrage scientifique.

Un chapitre du livre qui présente le seul cas clinique décrit à fond est à l'url ci-dessous. Benasayag y parle de sa relation de psychothérapeute puis d'ami avec un sujet pas du tout situé à gauche :
http://www.passant-ordinaire.com/revue/45-46-550.asp

Nazdeb

 
Nazdeb

22/03/2004
13:16
Et le militantisme d'Alain Finkielkraut ?


Aux Rencontres de Pétrarque 2002, Alain Finkielkraut a fustigé, avec toute la tension interne qu’on lui connaît, l’attitude lâche et consistant à « se lier les mains » que représente à ses yeux la promotion par les pays européens d'un tribunal pénal international.

Une telle opinion, qui nie tout l'héritage de Nuremberg, revient à défendre la liberté de pouvoir commettre impunément des crimes de guerre ou contre l’humanité. Un tel militantisme est extrémiste à mes yeux.

Voilà donc un militantisme bien plus grave que celui reproché à Miguel Benasayag mais qui n’empêche pas Alain Finkielkraut d’avoir toujours son émission du samedi matin.

Quel militantisme défendez-vous donc Madame Adler ?

Nazdeb

 
paul kobisch

22/03/2004
14:12
re : DERNIERE HEURE, DERNIER SABOTAGE

à l'attention de Guy et de tous ceux qui se reconnaîtrons dans l'esprit de ce texte,

Je reviens une dernière fois sur ce fil pour m'expliquer en tant qu'ex-déserteur et nouveau déserteur, si tu veux l'exprimer de cette façon.
Ce qui vient de se passer sur FC est radical, c'est à dire qui provient d'une racine. J'entends ici et là des analphabètes qui pensent que la culture se résume à la contemplation des belles oeuvres et à des commentaires savants sur les natures mortes de l'histoire et des autres sciences, voire de la philosophie. Parlons de culture et pas de politique, disent-ils en hochant la tête d'un air entendu. Mais que veut dire parler de culture ?
Avant de répondre à cette question je voudrais mettre une chose au point : tout média se dédouble forcément par le fait qu'il est enté sur l'actualité en même temps qu'il traite d'objets supposés neutres comme le divertissement ou la culture au sens du Monsieur Jourdain ci-dessus mentionné. Alors, lorsqu'il assume sa vocation de parler du présent, comment pourrait-il échapper à la politique ? Explique-moi ça, s'il te plaît.
Mais la culture elle-même, qu'est-ce que c'est sinon la représentation du présent sous toutes ces faces, c'est à dire celles des interprétations esthétiques, philosophiques ou savantes de tous les temps, et aucun temps n'a échappé au politique, que je sache. Serions naïfs au point de penser qu'il existe une seule oeuvre, un seul écrit, un seul poème, une seule parole qui ne soit pas politique ? Le politique serait-il quelque chose comme une fonction seconde de la société, les politiciens les femmes de ménage de l'être-ensemble ? Qui ose encore détacher le politique de la destinée humaine en prétendant qu'il existe des domaines apolitiques ? D'Homère à Musil ou à Gracq je ne vois aucun objet "propre" de toute politique. On parlait encore hier d'Ingres et des passions de ses mécènes, on peut parler de Vinci, de génétique ou de Goya, le politique est là, aussi collant qu'une ombre, aussi intimement lié que nous sommes innervés par un réseau de neurones. Alors cracher sur le politique c'est : primo impossible et culturellement ridicule, secundo c'est un geste de castration lui-même politique au plus haut degré car c'est l'invention religieuse d'une transcendance inexistante du beau, du savoir ou de l'esprit. Hölderlin a dit cette phrase extraordinaire :" chez nous tout se concentre autour du spirituel car nous sommes devenus pauvres afin de devenir riches". Il parlait de l'occident et de son destin, destin dont le sens se concentre dans la culture, et c'est de cela qu'un média qui se prétend culturel a le devoir de parler. Pourquoi ce fil existe-t-il sinon pour exhiber les trahisons de cette mission ? Mais il y a plus : l'apolitisme, nous savons tous ce que c'est, n'est-ce pas ? Nous savons qu'il s'agit d'une valise infernale inventée par toutes les formes de pouvoir de l'homme sur l'homme. Il n'est pas facile de vivre en société, c'est même quasiment impossible et il n'y a que le politique, et encore le démocratique qui rende cette réalité possible, alors comment pourrions-nous nous parler en excluant le politique ? Autant se taire. Pour conclure je vais te ressortir cette belle phrase de Hegel, Hegel encore jeune et encore sous le coup de l'enthousiasme pour la Révolution Française et qui décrit très précisément la situation dans laquelle nous nous trouvons et que nous ne devons pas manquer de reconnaître: «la frivolité et l’ennui qui envahit tout le présent, le pressentiment vague de l’inconnu sont les signes avant-coureurs de quelque chose de nouveau. Cette décomposition graduelle qui ne modifie rien à la physionomie du tout est interrompue par le lever du jour qui, en un éclair, nous dessine la figure du nouveau monde ». (Pardon pour ma traduction approximative). FC est devenu le fumier de cette décomposition, alors attendons patiemment le lever du jour.
Salut et fraternité.
Paul

 
Guy Debord

22/03/2004
16:05
Ce qu'on vient de lire

C'est un peu ennuyeux
 
Léon Bloy

22/03/2004
16:05
Bof Bof Bof

Ca manque de nerf je trouve
 
POM POM POM

22/03/2004
16:21
POUF

simley24
 
POM POM POM

22/03/2004
16:22
POUF


 
laurent.nadot

22/03/2004
16:46
Pertinence : sérieux progrès en perspective...

Quel délire... Pourquoi déformer ainsi la réalité, est-ce l'effet d'une crise de nerf, ou bien encore une facétieuse falsificazione ?

Personne ne prêche un apolitisme borné, on demande seulement de la modération dans ce militantisme s'imposant ici comme la toujours même chanson du pochard aviné qui ne respecte pas les autres clients du bistrot.

Personne ne réclame l'éradication de la politique sur les ondes, mais enfin l'obsession idéologique ca gave, et pour voir où ça mène il suffit d'aller lire tes pitreries scripturales.

Pas la peine de monter sur tes grands chevaux ni d'appeler Hegel et Duy (Debord) à la rescousse, ton caca nerveux est aussi bouffon que les cris d'or faux de Guy du Frais.

L.
 
carla

22/03/2004
17:57
re : DERNIERE HEURE, DERNIER SABOTAGE

Benassayag insupportable contestataire de tout ordre , de toute loi, allergique à la réflexion, ne savait que jouer son personnage d'éternel adolescent en crise de contestation et arborant sa médaille de "gaucho" bien affichée, au cas où vous auriez pas compris (d'ailleurs aç fait partie de ses titres professionnels).

A la longue ça lasse .

Je fermais le poste quand il arrivait .

Il m'avait lassée.

En effet, loin d'aider à aborder, au réveil embrumé des petits matins hivernaux, les problèmes du monde, le s plus graves et les plus inquiétants (de plus en plus graves, de plus en plus inquiétants)par une bonne analyse qui revigore en permettant d'y comprendre un peu quelque chose ; et davantage : pour pouvoir reprendre à son tour la réflexion et se dire "oui, il y a peut-être une issue, si c'est ainsi, les choses bougent, et peut-être que ", et bref, se mettre à penser au devenir de ce qu'on venait d'apprendre de l'actualité, au lieu de cela , il ne proposait jamais d'analyse. Que des méchantes piques (la dernière rapportant le gouvernement actuel à un synonyme du FN, elle est maline celle-là ! elle est habile, dans le contexte que nous connaissons ! ) et subtile aussi... la veille d'élections !

Non Benassayag n'est pas sérieux. Vantard, polémique, content de lui-même, mais pas un type qui réfléchit : il est trop engagé. Plutôt il manque de réserve par rapport à son engagement. Résultat, très souvent dans la polémique méchante, et pas très subtil politiquement. <Il fonce... comme s'il était dans la rue, à crier, protester, d'abord, et réfléchir, ensuite.

Il aime choquer (voir adéquation gouvernement = FN) mais... ne se rend pas compte qu'il est pourtant en plein dans une certaine vulgate bien pensante , que partagent tous les medias, et tout ce qui fait l'opinion, majoritairement, dans certains moments (ah ce sursaut démocratique en Espagne, pour renverser son vote en faveur d'un gouvernement promis à gagner des élections, et le congédier en prétextant d'un fait fort connu avant et qui n'avait pas joué sur les intentions de vote, malgré le désaccord : soit l'engagement militaire en Irak , fort connu, mais n'empêchant pas de vouloir voter pour ce gouvernement encore , ah ce revirement sous le coup du choc d'un attentat, quelle merveille ! ! !)
Ceux, les autres intervenants sur Fr-Cul , les Matins, qui ont été cités ici, bien sûr qu'ils ne sont pas neutres, personne ne l'est ! Mais au moins, ils proposent des analyses, que chacun peut prendre ou laisser.

Benassayag, ses idées, il te les fichait à la figure comme un coup, comme un provocateur qu'il est.
Comme un militant, oui, permanent, jamais comme un analyste, qu'il aurait dû être , de gauche-ci ou de gauche-ça, de droite-ci ou de droite-ça, d'accord, tout commentateur politique est forcément situé quelque part, mais il lui faut quelque distance, ce qui n'est pas pareil justement.

Pas fort pour un supposé psychanalyste , le manque de distance !

J'ai lu ses livres, ça ne vaut pas grand 'chose. Ecrit scomme des articles pour Marie-Claire.

De toute façon vouloir tout tenir : philosophe, psychanalyse, journaliste commentateur de l'actualité politique et en plus militant bien engagé, ça fait trop. Faut choisir !


Ne parlons pas de censure, encore moins de Goebbels. Il a lassé. Tout simplement.

Et puis, il y eu une chronique où il a , semble-t-il, dépassé la ligne rouge.

Pour être provocateur, il faut avoir beaucoup, beaucoup, de talent. Et puis, certainement, n'être l'employé de personne. Genre Coluche. Mais à la radio, un minimum de responsabilité est attendu d'un type à qui l'on donne une parole publique . Vous ne croyez pas ?
 
Henry Faÿ

22/03/2004
18:05
là n'est pas la question

Bien entendu, on peut critiquer un chroniqueur, dire qu'il est ceci ou cela mais là n'est pas la question, il se trouve que Miguel Benassayag a été évincé non pas parce que ses chroniques étaient mauvaises mais pour non conformité politique et c'est une atteinte à la liberté d'expression qui ne doit pas être acceptée.

 
carla

22/03/2004
18:09
re : DERNIERE HEURE, DERNIER SABOTAGE

non il a été évincé pour irresponsabilité (déjà remarquée) mais la veille d'élections, faire ça, tenter de peser sur un scrutin, de cette manière, avec cet argument (traiter le gvt de fasciste) c'est déloyal , irresponsable

c'est le problème des militants d'extrême-gauche : souvent irresponsables

de + un intellectuel, ne peut se réduire à la position de militant

irresponsable, et ça lasse , en plus
 
Henry Faÿ

22/03/2004
18:43
la liberté d'expression

Tant que la campagne est ouverte, on a le droit de tenter de tenter de peser sur un scrutin. On peut regretter les injures, trouver qu'elles ne sont pas de bon goût, prétendre que les injures ne font partie du jeu serait restreindre de manière inacceptable la liberté d'expression.
Les militants d'extrême-gauche sont irresponsables, disons qu'être responsable ne les intéresse pas, c'est la posture qu'ils adoptent on peut le leur reprocher mais ils sont libre de l'adopter et il faut les prendre comme ils sont sans leur dénier le droit à la parole.

 
VOLTAIRE

22/03/2004
19:02
Eviction de Miguel Benassayag

"Je ne suis pas d'accord avec un mot de ce que vous dites, mais je me battrai jusqu'à la mort pour votre droit de le dire."
 
Henry Faÿ

22/03/2004
19:30
C'est bien ça

C'est bien ça que je voulais dire mais j'ai évité de citer cette phrase très célèbre, on m'aurait pas manqué de me trouver un peu trop prétentieux.

 
Camille

22/03/2004
20:35
re : DERNIERE HEURE, DERNIER SABOTAGE

Michel Benassayag: "Ma sensibilité n'a plus place sur France Culture".
http://permanent.nouvelobs.com/culture/20040322.OBS6340.html
 
Guy Dufau

22/03/2004
20:53
re : DERNIERE HEURE, DERNIER SABOTAGE

Il y a beaucoup à dire sur ce qu'a écrit Carla:
*-Dire que le gouvernement fait du Le Pen,est ce que ça peut influencer les électeurs? Ce n'est pas évident,ceux du Front National,sûrement pas,ceux de l'UMP,certains peuvent s'orienter vers des centristes,mais au deuxième tour ils se retrouvent,et inexistants les va et vient des électeurs entre la gauche et la droite motivés par ces considérations.Je crois,donc que cette principale critique formulée par Carla est peu fondée.
*-Carla semble être de ces auditrices(auditeurs)qui ne veulent entendre que des nouvelles rassurentes:elle lui faut que des chroniques "revigourantes".C'est un choix,ce n'est pas le choix de tout le monde.
*-"Il (Benassayag) est dans une vulgate bien pensante que partagent tous les médias" Ca alors!
*-"J'ai lu ses livres,ça ne vaut pas grand chose.Ecrit comme des articles pour Marie-Claire".Là,elle pousse un peu, Carla.
Faut-il rappeler qu'il y avait un certain équilibre aux Matins,deux chroniqueurs d(un côté,deux de l'autre côté.
C'est la divert$sité qu'il faut apprécier,en démocratie.
Pour terminer,Miguel Benassayag,en annonçant qu'il allait revenir sur le sujet de la lepénisation du gouvernement a signé son licenciement,car ce jeudi il n'a fait qu'effleurer l'analyse:en effet Sarkosi a pour projet de transformer les travailleurs sociaux en indicateurs de police,à ma connaissance jamais Le Pen n'avait été aussi loin.

 
Guy Dufau

22/03/2004
21:15
re : DERNIERE HEURE, DERNIER SABOTAGE

Eh ben oui,la sensibilité de Miguel n'a plus sa place à France Culture,dit Laure Adler,la marionnette de Cavada,mais les sensibilités figaroesques de Alain Gérard Slama et d'Alexandre Adler comblent d'aise la direction,les auditeurs qu'ils aillent se faire voir chez les grecs
 
carla

22/03/2004
22:32
re : sensibilités diverses

sensibilités diverses, certes, et c'est bien et c'est souhaitable et intéressant aussi, qu'il y en ait plusieurs sur la même chaïne, dans la même émission

mais le fond de mon argument consistait à distinguer entre analyses qui éclairent et permettent de comprendre , et par soi-même continuer à comprendre et faire l'analyse de ce qu'il se passe
et un discours militant , uniquement, défendant des positions, de propogande quasiment

entre Adler et Benasayag, il n'y a pas qu'une différence de sensibilité politique (cela, une fois encore est souhaitable) il y a une différence de sérieux et de manière de considérer ce qu'est un point de vue sur l'actualité.

C'est toute la différence entre une analyse à partir de la quelle on peut se faire sa propre idée, parce qu'on a appris quelque chose sur la situation dont on parle, et un pur engagement militant, une pure prise de parti.

Vous aurez remarqué, peut-être, que Benasayag fonctionne beaucoup à l'indignation et à la communication d'une réaction émotionnelle, beaucoup plus qu'à l'analyse, qui, en matière de politique , toujours relève d'une position et conduit à une conclusion. Mais elle y conduit, elle ne la suppose pas d'emblée, en fonctionnant à la complicité, elle-même sollicitée par un sous-entendu moral.

Benasayag, présenté comme philosophe et psychanalyste, d'extrême-gauche, devait fournir à Fr.Cul, non seulement sa voix d'extrême-gauche , c'est pour cela qu'il a été pressenti, mais aussi ses qualités de philosophe et psychanalyste, pour un point de vue sur l'actualité. C'est aussi pour ça qu'il a été pressenti.

Disons, qu'on a pu considérer peut-être, que pour le 1, c'était o.k., contrat rempli, càd. pour sa sensibilité politique, mais pour les 2 & 3, pas vraiment, càd pour le registre philo et psychanalyse, c'était un peu léger.

C'est en tout cas mon avis. Et je trouve que l'apport philosophique et psychanalytique était plus que passé au second plan, derrière le militant qui avait pris toute la place, ou trop de place.

Question de dosage.

Et c'est cela qui lasse : la place prise par le militant, qui l'emporte par trop sur les analyses qu'on peut attendre de quelqu'un qui connaît la philosophie et la psychanalyse Ce qui doit donner là, des résultats beaucoup plus originaux que la vulgate de type extrême-gauche que l'on connaît et trouve déjà ailleurs.

Moi, en écoutant Adler, j'apprends énormément de choses. je suppose ne pas être la seule. Et ses analyses sont fines, originales, pas seulement savantes.

Benasayag, il ne m'apprend rien, ne me surprend jamais. C'est pourquoi je parle de vulgate , dans un certain milieu, mais pas seulement.
Il participe de la vulgate dans la mesure où c'est le point de vue de la société et du social qui a complètement envahi le réel et réfuté, éclipsé le politique.

On ne prend pas un philosophe pour ça. Voir Finkielkraut, (même si c'est pas un modèle, pas toujours très clair et un peu grandiloquent) il a le mérite d'insufler de la philosophie et des références un peu fines dans l'actualité, pour la penser un peu différemment.

Le défaut principal de Benasayag , c'est pas sa sensibilité politique, c'est la manière dont il en joue.

D'ailleurs la suite , avec le cirque qu'il va très probablement nous faire, le montrera sans doute.


En l'occurrence, il n'y a pas que la liberté d'expression en jeu, il y a aussi la qualité des interventions sur une chaîne telle que Fr.Cul.
 
Michel

22/03/2004
22:34
D'accord avec Laure Adler !

"(...)concrètement, Laure Adler m'a reproché d'être "trop militant, trop engagé, trop personnel". Elle m'a dit que ma "chronique n'avait plus sa place à 8h35"."

Michel Benassayag

Pour une fois, je suis d'accord avec Laure Adler. Ces chroniques politiques (Michel Benassayag, Alexandre Adler, Alain-Gérard Slama) n'ont pas leur place sur France Culture. Remettez-nous "Les chemins de la connaissance" à 8h30, et tout le monde (de droite comme de gauche) sera content !?!
 
lionel

22/03/2004
23:12
re : DERNIERE HEURE, DERNIER SABOTAGE

L'objectivité d'Alexandre Adler consiste à défendre envers et contre tous l'industrie de l'armement en la personne de messieurs Bush, Sharon, Blair, Aznar (sans oublier Poutine dont il admire la fermeté) Quant à ses dérapages ils sont multiples, les 2 derniers étant :

1/ d'avoir traité de salaud toute personne qui oserait faire un rapprochement entre l'attentat de madrid et la presence de l'espagne dans la guerre d'irak

2/ d'avoir dit que les espagnols avaient voté en choisissant le parti de la trouille

QUEL MEPRIS POUR LE PEUPLE ESPAGNOL! C'est ecoeurant cette rhétorique de va-t-en-guerre bien planqué à 2000km des bombes. J'aimerais vraiment que qq'un tranmette l'info à l'Ambassade d'Espagne pour que des exuses soient faites sur FC.

Je n'hesite pas à dire qu'Alexandre Adler ne m'APPREND absolument rien, son seul mérite est parfois de faire rire par ses hypotheses completement delirantes. C'est un generaliste qui est regulierement contredit par des invités plus specialisés que lui.

-----------------------
Message personnel à Segolene Royal, François Hollande, Lionel Jospin et compagnie: si par pur hasard vous cherchez à faire gagner le PS, par exemple dans 2 ans, débarrassez-vous au plus vite de Mme Laure Adler et de ses casseroles du MEDEF!!! C'est le deuxième chroniqueur de gauche qu'elle vire BRUTALEMENT tout en réservant le meilleur accueil aux chroniqueurs du FIGARO!!!!!!!!!!!!!!!!!
 
Henry

22/03/2004
23:12
re : DERNIERE HEURE, DERNIER SABOTAGE

Michel Benassayag me ramenait à France culture le matin, aprés mon décrochage suite aux banalités idéologiques de Slama et Alder que va-t-on pouvoir écouter maintenant comme Radio ?
Nostalgie peut être? de toutes façons la philosophie y est la même que celle de Finkielkraut et en plus ils sont moins donneur de leçons méprisantes que les derniers chroniqueurs de France -qu'on ose plus le matin appeler Culture ....
 
LDH Toulon

22/03/2004
23:31
re : DERNIERE HEURE, DERNIER SABOTAGE

Une suggestion :écrire à Laure Adler pour protester
http://perso.wanadoo.fr/felina/doc/secur_lib/benasayag.htm#s outien
 
Daniel

23/03/2004
00:29
re : DERNIERE HEURE, DERNIER SABOTAGE

Alexandre Adler.... C'est le type qui a affirmé le 11 septembre 2001 au soir nécessaire de pendre le directeur de la CIA. Je m'en rappelle parfaitement, je l'ai vu et suis resté abasourdi pendant un bon moment. Je suis bien content d'être resté à l'écart des seaux d'ordures qu'il déverse depuis ce jour-là, vu que visiblement personne ne l'en empêche.

Qui crois-tu berner Carla?

Ceci dit, je n'étais pas fan de Benassayag non plus... De toute la tranche matinale en fait.

 
laurent nadot

23/03/2004
03:58
Trop de chroniqueurs ?

Ce fil bat tous les records de vitesse sur DDFC : 64 ème contrib en moins de 48h,bigre...

- Oui Alexandre Adler nous a parfois bien fait rire. Mais enfin son histoire de directeur de la CIA c'est un effet de style de mauvais gout d'intellectuel narcissique, rien de plus, il en fait tout de meme moins que MB.
- Non Alain-Gérard Slama n'est pas un simple idéologue aux chroniques stériles : chacune de ses analyses fait référence à des éléments fondamentaux de philosophie politique, droit des institutions, sociologie, histoire.
- Oui, Benasayag et VNG fonctionnent avant tout à l'émotion. Et ça fatigue...
- Oui je regrette Emmanuel Todd Schnapper Ory, qui étaient nettement plus objectifs et surtout ils n'avaient pas à remplir une quotidienne copie, à mon avis la dégradation des Matins se réalise en partie par épuisement de la matière individuelle...

Je voudrais tout de même faire remarquer que la connectée Carla dépose ici du rapport d'écoute subjectif sans excès de langage ni dérive partisane, ce qui en fait hélas une rareté sur ce forume : pour une fois un auditeur vient s'exprimer ici. Ce qui croyait-on est la vocation de DDFC, mais est en fait une petite rareté sur DDFC-tendance-pol. D'ailleurs personne ne lui répond sur le même mode, ce sont toujours les mêmes dégoisements. Elle se lassera, comme les autres, et Guy du Faux restera face au miroir que seuls ses vrais amis (dont moi)lui tendent, déclenchant chaque soir des hoquets sanglotants qui secouent la campagne entre Brive la gaillarde et Saint Germain les Belles..

Laurent nadot

PS about DDFC-POL.
Ah oui, pour les nouveaux : il y a ici deux forums inter-imbiqués en taches de léopard, tout comme il y a, depuis 99, deux France Culture qui se passent l'antenne au fil de la journée. Nous avons donc ici DDFC-Culture et DDFC-Politique. Je n'abrège pas le nom du premier pour des raisons évidentes, j'ai assez fait ici la preuve de mon mauvais goût, je ne tiens pas à voir rappliquer les argousins de Guy du Faux


 
laurent nadot

23/03/2004
04:08
je ne sais plus quoi mettre comme titre

Concernant le renvoi de Benasayag, ce qu'il faudrait savoir c'est la durée de l'histoire : le caractère subit et inattendu pour lui, ou bien si (et comment) la crise avec la direction a couvé pendant un temps, si on lui a demandé de se réorienter vers une actu moins sociale, ou moins politisée, ou que sais-je.

Cela dit je ressens une outrance devant les débordement que je lis sur ce forum : c'est tout de même un peu fort de jouer à ce point les pleureuses et surtout de se réveiller aussi tardivement, comme si jusqu'ici on avait cru que cette radio était dirigée par Blanche-Neige.

On le sait bien que cette Direction est autocratique. Et que la vie de cette station, depuis la rentrée 99, est marquée par des clashes qui s'expliquent au mieux par l'incompréhension entre le personnel et la Direction, au pire par les caprices de cette dernière et son management infantile. Comme on l'a déjà dit ici, l'éviction de Benasayag n'est qu'un Nième exemple, et de voir que certains ont attendu celui-là pour monter au créneau, ça me pousse une fois de plus à douter qu'ils sont à l'écoute de France-Culture pour écouter de la culture.

laurent
 
Henry Faÿ

23/03/2004
07:06
Réponse à Carla (22h32)

"Il n'y a pas que la liberté d'expression en jeu, il y a aussi la qualité des interventions".
Ce n'est pas comme ça qu'il faut raisonner. La liberté d'expression est un préalable absolu. Aucun des participants à ce forum ne devrait l'ignorer. C'est le moins qu'on puisse exiger des dirigeants de la chaîne. C'est la condition essentielle pour que l'intervenant puisse se livrer à son exercice. Mettre en cause cette liberté d'expression, c'est aller contre la dignité des intervenants et celle des auditeurs. C'est une faute capitale et impardonnable.
Une fois la liberté d'expression assurée, si elle l'est, on peut discuter de la qualité. Les avis seront forcément partagés, il y aura du pour, il y aura du contre, c'est normal. On peut supposer que si telle ou telle personne a été recrutée pour chroniquer quotidiennement, c'est qu'il a quelque chose à dire.
Laure Adler est une récidiviste ne l'oublions pas. Elle a déjà évincé Eric Dupin pour des raisons purement politique. Elle se déconsidère. Elle n'a plus de légitimité morale. Tout cela s'inscrit dans cette vaste entreprise de verrouillage qui vise à éviter toute mise en cause de la chaîne par la presse et les milieux influents.

 
prof

23/03/2004
07:46
re : DERNIERE HEURE, DERNIER SABOTAGE

Dans l'idéal, il ne faudrait aucune chronique le matin! Ces pensées fast food matinales sont exactement le contraire des principes de sérieux qui faisaient la qualité passée de France Culture.

Quant au motif de l'éviction de M.Benhasayag (son militantisme) il est clairement politique puisque par ailleurs on laisse AG.Slama militer régulièrement contre le service public et A.Adler militer pour les guerres du clan Bush (être pour la guerre on appelle ça une pensée libre et originale).

Dans l'article du Nouvel Obs, il est instructif de voir Mme Adler ergoter sur le mot licenciement: <<Miguel Benasayag n'est pas un salarié de France Culture, c'est un collaborateur de la rédaction, donc il n'a pas été licencié. Il s'agit plus exactement d'un arrêt de collaboration, que j'ai souhaité.>>

http://permanent.nouvelobs.com/culture/20040322.OBS6333.html

 
Michel

23/03/2004
07:49
Tout à fait d'accord !

"Dans l'idéal, il ne faudrait aucune chronique le matin !"

Tout à fait d'accord ! Plus de culture, moins de politique
 
Henry Faÿ

23/03/2004
09:01
Elle s'enfonce, cette Laure Adler...

"Miguel Benassayag n'est pas un salarié de France Culture. C'est (c'était) un collaborateur de la rédaction. Donc il n'a pas été licencié. Il s'agit plus exactement d'un arrêt de collaboration, que j'ai souhaité.
Comment ça s'appelle cette manière de tordre les mots et les concepts? On fait souvent appel pour le qualifier à la légende loire d'un ordre religieux par ailleurs plus que respectable. Allez, dites le, Madame la Présidente, vous l'avez viré pour raison politique parce qu'on vous a demandé de la faire.

 
prof

23/03/2004
09:31
re : DERNIERE HEURE, DERNIER SABOTAGE

Jésuistique?
 
laurent nadot

23/03/2004
09:43
Les chroniqueurs

Dans l'idéal, il faudrait que sur F-C la politique donne lieu essentiellement à :
- analyse
- réflexion
- questionnement
- objectivité

au lieu de se limiter à :
- prise de position
- émotion
- excommunications
- récriminations

La première série d'attitudes est celle qui est véritablement culturelle, et on l'a entendue aux temps de Pierre Insuline, grace à Emmanuel Todd, Dominique Schnapper, Pascal Ory, personnages de réflexion et non adolescents attardés comme MB. J'y ajoute sans complexe Alain-Gérard Slama, dont l'orientation idéologique, inverse de celle de Todd, ne l'empêche pas d'être aussi rigoureux.

Mais la seconde, rien moins que rigoureuse, on la trouve avec Benasayag Adler Nahoum-Grappe. Les choix opérés par chacun ici sont donc très clairs. C'est pas "la valise ou le cercueil", c'est "la culture ou le mouchoir".

'videmment, si vous préférez l'émotion à la réflexion on ne vous en voudra pas, mais alors lisez plutôt l'Huma et Voici, gavez vous de Charlie Hebdo et du Monde Diplo-docus, et foutez nous la paix...

Amen

LN
 
lotte

23/03/2004
10:12
re : DERNIERE HEURE, DERNIER SABOTAGE

un petit air de "deja vu" (a prononcer avec l accent d outre manche) ca me rappelle legeremnt l eviction tant brutale qu amere de martin winckler (je sais ca date un peu mais FC/FI meme combat) laure adler aurait elle pris des cours avec jean luc hess???
voila qui est confusionnant...
 
Nazdeb

23/03/2004
10:29
re : DERNIERE HEURE, DERNIER SABOTAGE


Laurent, arrête de dire n’importe quoi !

Comme à tout un chacun (comme à moi, comme à bien d’autres ici), tes critères de réflexion sont en berne dès lors que tes oreilles perçoivent le doux chant d’une chronique qui te plaît idéologiquement. Cela t’empêche de voir à quel point la chronique de AG Slama est de la caricature de raisonnement. Le petit père Slama un Gribouille virtuose de la logorrhée sans un gramme de véritable rigueur.

Quand il fait référence à des « éléments fondamentaux » de sciences sociales comme tu le dis, c’est pour tracer à partir d’eux des lignes complètement tordues, qui rayent de la carte bien d’autres « éléments fondamentaux » qui le contrediraient (c’est le biais de confirmation d’hypothèse dont je parlais plus haut), mobilisant tout et n’importe quoi, en y mêlant des propositions implicites trop stupides ou douteuses pour qu’il ose les assumer tout à fait, le tout lui permettant de déclare fièrement qu’Attac est dans le fond responsable du 11 septembre 2001 ou encore que les normes « totalitaires » (c’est pas moi qui le dit, c’est lui… comme quoi ceux qui reprochent à MB de dénoncer les « fachos » sont mal placés) et hygiénistes en vigueur aux USA, par exemple la restriction sur la tabagie, ne sont pas du fait du puritanisme anglo-saxon mais de la social-démocratie européenne – ces exemples sont à peine fictifs et en tout cas c’est là, en gros, l’idée.

L’as-tu entendu, dans une même chronique (sur le « foulard »), nous expliquer que la « loi » est le mal incarné, que la vie en société doit le moins possible être encadrée par des règles de droit, mais plutôt par le contrat et par les principes les plus libéraux, et que c’est pour cette raison (!!!) qu’il est nécessaire de voter la loi interdisant le foulard à l’école…

Voire.

Je rappelais plus haut qu’au contraire il me semblait que MB savait être indépendant de son propre camp idéologique : position favorable à l’amendement Accoyer, critique à l’égard de Ramonet et Castro, des exemples concrets qui démentent le portrait de « militant dogmatique » que plusieurs ici tentent caricaturalement de lui faire. Mais bon, je peux toujours causer…

Nazdeb

 
Henry Faÿ

23/03/2004
10:52
réponse à prof 9h31

C'est ça prof a tout compris et pourra passer en deuxième semaine mais c'est un cliché, une injustice, héritée des polémiques mémorables avec les jansénistes dans lesquelles Blaise Pascal s'est illustré. La casuistique n'est pas synomyme de manipulations frauduleuses.

 
Henry Faÿ

23/03/2004
11:17
réponse à Michel 7h49

"Aucune chronique du matin" non, je ne suis pas d'accord, les commentaires doivent avoir leur place. Aussi utile soit elle, l'info brute, sèche factuelle ne suffit pas et il y a dans le journal de bons commentaires, par exemple ceux de Guy Hermet qui à l'occasion de la défaite du Parti Populaire a fait un bilan très sévère de la politique étrangère d'Aznar. Les commentaires peuvent nous éclairer et nous aider à réfléchir. Ce que je conteste, ce sont les chroniques quotidiennes par les mêmes chroniqueurs. On voit bien que ça ne marche pas et pour une raison bien simple, c'est trop astreignant pour ceux qui se soumettent à cet exercice. Quand votre Alexandre Adler que vous aimez tant se trouve au States, ils doit être à l'heure de la chronique 3 heures du matin, ils cherchent à le réveiller, ils n'y arrivent pas, ils disent qu'ils n'ont pas réussi à le trouver, ça fait un peu désordre.
Votre chère Véronique Nahoum Grappe que vous aimez aussi beaucoup (elle est assez marrante quand elle dit Edgar Morin grand intellectuel, juif au demeurant, en omettant de préciser qu'elle parle de son propre père*) n'arrive de toute évidence pas à tenir le rythme d'une chronique par jour. Elle est parfois très bonne mais souvent on a l'impression qu'elle n'a pas réussi à trouver un sujet et qu'elle fait du remplissage.
Alain Gérard Slama, lui, n'a pas ce problème, sa faconde est inépuisable.
J'aimais bien la formule du temps de Pierre Assouline d'une chronique par semaine et par chroniqueur. D'ailleurs, je regrette de plus en plus première édition de Pierre Assouline, un homme plein d'urbanité qui n'avait pas les défauts du petit Nicolas, qui nous accueillait très aimablement au Select le jeudi et dont l'émission avait au moins le mérite de ne pas empiéter pas sur le terrotoire sacré des chemins de la connaissance.

ad horas octo et triginta itinera scientiae reponende sunt
*si l'info n'est pas exacte, écrivez le dans le forum
 
Guy Dufau

23/03/2004
11:19
re : DERNIERE HEURE, DERNIER SABOTAGE

Carla dit:"l'un est militant(M.B.) l'autre (A.A.) nous éclaire.
Oui,Miguel Brnassayag est militant...et nous éclaire
Oui,Alexandre Adler nous éclaire ...sur son militantisme
et c'est très bien ainsi.
C'est vrai que Miguel ne nous fait pas rire et qu'Alexandre nous a souvent fait rire:
-Le "chef d'oeuvre littéraire" de Giscard d'Estaing,méconnu
-La guerre d'Irak qui n'aura pas lieu
-L'attentat anticonstitutionnel et la bombe atomique dirigés contre Juppé etc...
et quelques fois écoeuré:
-Ces salauds d'espagnols
-"je vote à 100% pour Bush etc...
Quant à Alain Gérard Slama,l'autre alter égo du Figaro,je ne retiendrais que ceci:il a tellement les trippes libérales qu'il ne supporte pas la médecine préventive et les lois anti tabac:tout cela est une atteinte aux libertés individuelles.
Bref,contrairement à Michel,je suis pour des chroniques bien ancrées d'un côté comme de l'autre,loin de toute langue de bois,mais il faut un équitable équilibre.
Il revient à l'auditeur de se déterminer,ce n'est pas au petit chef Cavada de le faire à notre place.
A.Adler plus A.G.Slama contre V.Nahom Grappe plus M.Benassayag c'est du remu-méninge et c'est bon

 
Nazdeb

23/03/2004
13:06
re : DERNIERE HEURE, DERNIER SABOTAGE


Aucune chronique le matin pourquoi pas s’il faut en venir là.

Les commentaires faits par des journalistes de la rédaction de FC (comme c’est le cas, sauf erreur, Henry, du commentaire à propos d’Aznar et du PPP) sont bien plus intéressants que ceux étalés par des personnalités issue d’autres supports du monde médiatique et qui ne voudraient pour rien au monde perdre l’avantage de participer aux nec plus ultra des cercles du pouvoir et le confort de leur douillette chambre d’hôtel à Washington. Les journalistes des rédactions peuvent manquer parfois de recul sur leur sujet mais ils le maîtrisent mieux et racontent (un peu) moins d’âneries.

D’un autre côté, du fait qu’ils doivent toujours coller à l’actu, ils ont moins d’impertinence et d’originalité.

Quant à VNG, qui semble passer pour une chroniqueuse de gauche, je ne serais pas mécontent de ne plus l'entendre. C'est pire que Gribouille-Slama qui s'essaie à la rhétorique, c'est Gribouille qui essaie d'écrire des phrases et (exercice ô combien plus difficile) de tenter de comprendre ses propres phrases en les lisant l'antenne. En fait, il me semble que les chroniques de Véronique parviennent à être à la rigueur supportables quand elle se contente de reprendre un communiqué ou un dossier d'institution ou organisation (je retiens entre autres les quelques fois où elle a pu causer de Survie)

Nazdeb


 
SUZY

23/03/2004
13:08
Effet Sarkozy à France Culture

Rebonds

Quotidienne
Effet Sarkozy à France Culture

Par Pierre MARCELLE
mardi 23 mars 2004

Bal électoral à la maison ronde : un mort. Miguel Benasayag, un des chroniqueurs des Matins de France Culture, a été exécuté vite et mal. Lundi, vers 8 h 35, l'heure où d'ordinaire, après le gang du Figaro (Alexandre Adler et Alain-Gérard Slama), il mettait un peu de gauche réelle sur 93.5, il fallait une ouïe fine et interprétative pour comprendre que c'était fini, ça... Nicolas Demorand, passe-micro en chef , n'eut même pas le courage d'annoncer à ses auditeurs que le philosophe psychanalyste avait été viré ; à peine bafouilla-t-il que «ces élections font bouger les rendez-vous habituels, pas de chronique de Miguel Benasayag». Sa couardise ne précisa pas comment cette chronique-là, et elle seule ce jour-là, avait été définitivement «bougée», à la veille du week-end, par Laure Adler, charismatique patronne de France Culture. Demain, en place de Benasayag, il y aura un linceul de silence. Du caniche Demorand, on n'attendait pas qu'il nous contât comme sa maîtresse avait convoqué Benasayag, jeudi, pour lui signifier que son propos était «trop engagé, trop militant», et que sa chronique du jour serait la dernière. Celle-ci, étayée sur un livre à paraître d'Evelyne Sire-Marin (du Syndicat de la magistrature), établissait que, sur les vingt-quatre propositions programmées par le FN en matière de «Police et Justice», onze avaient été législativement réalisées par les ministres Sarkozy et Perben. Venant après moult autres dont la tonalité «gauchiste» irritait notablement, depuis un an, les notables de la station intelligente, le propos avait fait l'effet de la goutte d'eau qui met le feu aux poudres. Les pratiques de la station à l'endroit de ses pigistes ne datent pas d'hier (Eric Dupin déjà... ­ «Pas assez à gauche») et entrent dans un incontestable ordre des choses : la censure des voix minoritaires n'a pas à se justifier, elle va de soi. Mais, sur des ondes publiques qui dégueulent tous les jours les grands principes de la culture, de la liberté et de l'esprit qui a vocation de s'opposer, on apprécierait qu'elle s'assume.

© Libération

 
carla

23/03/2004
15:08
re : liberté d'expression & responsabilité



pas de délire de persécution !

qu'une chaîne change ses chroniqueurs, en remercie certains, en appelle d'autres, c'est pas scandaleux

arrêtez de vous monter la tête

la liberté d'expression, pour répondre à Henry F. libère-t-elle de la responsabilité, pour une parole publique, sur une chaîne publique, pour des commentaires de l'actualité politique , prise dans des situations politiques ?

je ne crois pas

et sur une chaîne comme F-C on attend autre chose que des provocations d'adolescent attardé, et la qualification de fasciste à tous les coins de rue d'une démocratie qui devrait être remarquée comme distincte des régimes fascistes d'Amérique latine par quelqu'un qui leur doit son exil

trop de facilités dans cette posture

et, je répète, où elle est la philosophie chez Benasayag ?

quant à la psychanalyse, tout ce qu'il trouve à dire, c'est quelque chose qui relève de cette infâme démagogie populiste & anti-riches : lui, il n'est pas comme les psychanalystes qui officient dans leur cabinet (et gagnent moultes écus), mais il fait dans le "social" (je vous le dis, c'est son pont de vue) à exercer dans les centres sociaux publics avec prises en charge ...

= ça, c'est infâme de démagogie
= c'est anti-psychanalytique au possible
= ça veut dire qu'il n'est pas psychanalyste, parce que dans les centres en question on ne peut pratiquer que des psychothérapies
(pas étonnant qu'il soit pour l'amendement Accoyer, en conséquence, qui lui, bafoue une LIBERTE fondamentale : celle de l'écoute de type psychanalytique , pour normaliser la psychanalyse et prétendre fournir des garanties : l'Etat comme garant ; paradoxal pour un gauchiste , non ?)

conclusion : ça veut dire que Benasayag il est pas bon : ses références philosophiques nulles (mais le + souvent inexistantes) , son ancrage dans la psychanalyse, nul aussi (càd inexistant)

alors , la liberté, oui, mais la culture ?

c'est bien France CULTURE que vous défendez ?

eh bien, pour le niveau de Benasayag dans le registre de la culture, moi je dis qu'il est léger

discours militant et discours de la culture , d'ailleurs, est-ce compatible ?

je ne crois pas

Alors Adler, il a des positions, des prises de parti, c'est indéniable, mais il n'a pas un discours militant.

Enfin, je ne sais pas si vous voyez la différence, mais pour moi elle est tout à fait importante

Ce qui fait que les chroniqueurs politiques ont une place sur Fr-Cul (moi, ça m'intéresse la politique) mais à condition qu'elle soit traitée la politique, avec un minimum de rigueur, càd qu'on ne cherche pas à fonctionner à la complicité -càd à la différence de ce que faisait Benasayag- , et ce que ne fait pas Adler . La preuve, les uns sont furieusement en désaccord avec lui (normal) mais face à Adler, on discutera de ses analyses, de leur contenu, de ses infos et hypothèses prévisionnelles, pas de sa posture.

Benasayag, c'est une posture

Et merci à Laurent de remarquer que je ne m'énerve pas .
 
Henry Faÿ

23/03/2004
15:37
réponse à Carla

Je n'écoutais guère les chroniques de Miguel Benassayag mais tout ce que je lis dans ce fil montre qu'il n'a pas été coupable "d'irresponsabilité". Des propos irresponsables, il n'en a certainement pas prononcé, sinon, on ne se serait pas privé de les lui rappeler. On lui reproche, c'est ce que je lis d'avoir été "trop militant, trop engané", on lui reproche des opinions, on lui reproche de mettre le doigt là où ça fait mal, d'avoir dénoncé l'arbitraire policier et la sanction qui le frappe est bel et bien une atteinte à la liberté d'expression.

 
mary

23/03/2004
17:26
re : DERNIERE HEURE, DERNIER SABOTAGE

si ici on est sur le site de défense de france culture je suis bien contente de voir que certains l'attaque et j'en suis , à une époque où il devient de plus en plus difficile d'écouter une radio sans faire des bonds toutes les 5 mn tellement c'est démago, progouvernementale , bridée, j'avais plaisir à écouter miguel de bon matin qui offrait pour qq minutes une autre regard (que celui trés orienté aussi de adler) .
quand certains disent que c'est une radio culturelle et non pas politique alors là je me marre de quoi parle t'on , la politique c'est culturel, développer l'esprit critique c'est culturel, le débat c'est culturel , l'humour, l'intelligence , la pertinence, l'humanisme c'est culturel
et sans le culturel où est la culture ?
nous priver de benasayag de la sorte c'est de la censure pure et dure et ce n'est pas digne de cette radio , bien sûre qu'il était engagée et c'est pour cela qu'on l'écoutait , n'y aura t'il bientôt plus le choix , plus de liberté d'expression pour une radio qui se targue de défendre les droits à l'expression, à liberté de pensée , de réflechir, de s'opposer dans quoi bascule t'on , c'est le chien chien à sa mémère qui fait le beau devant sarko pour un biscuit ?

 
Val

23/03/2004
17:36
re : DERNIERE HEURE, DERNIER SABOTAGE

Ce que j'aimais chez Miguel, c'est sa voix ("bonjour tout le monde!") et son petit accent...
 
Nazdeb

23/03/2004
17:42
re : DERNIERE HEURE, DERNIER SABOTAGE

Exact ! C'était le seul à faire ce geste du matin consistant à dire un familier "bonjour!" à ceux qui lui faisaient la courtoisie de l'écouter et ça, c'était bien. Peut-être était-il en définitive, au rebours de ce qu'il a dit, le personnage de radio le plus véritable de la tranche : il s'adressait à des humains dignes d'attention et d'un signe amical.
Je m'emballe ptêt là, mais cela manquera un peu.
Nazdeb

 
Guy Dufau

23/03/2004
18:14
re : DERNIERE HEURE, DERNIER SABOTAGE

Miguel,il nous manque de plus en plus lisant les interventions des nouveaux venus sur ce forum: les mary,Val,suzy,lotte,daniel,camille, les anciens réapparus:Paul Kobisch,nazdeb,et même les hostiles carla,thierry,olivier nous le font davantage regretter tellement leurs arguments sont faibles.


 
Guy Dufau

23/03/2004
18:54
re : DERNIERE HEURE, DERNIER SABOTAGE

Pour toutes celles et tous ceux qui veulent soutenir Miguel Benassayag
http://ademenice.free.fr/actualite.htm
ou laure.adler@radiofrance.com
 
carla

23/03/2004
19:02
re : guide du faux , vous exagérez

pour la faiblesse des arguments, mon cher guide, je suis au contraire de vous bien triste que personne ne semble répondre à mes arguments, qui en sont, tandis que les vôtres ...

vous l'aimez, vous l'aimiez, o.k. et comme chacun sait , ça ne s'explique pas l'amour

allez, avouez-le ! affaire de coeur !

d'ailleurs, on a même dit qu'il avait une mignonne petite gueule (parmi les arguments) alors Laure , t'aimes pas les mecs mignons ? c'est à se pendre, par les temps qui courent , et alors que le Hamas est décapité - tè !
 
dom

23/03/2004
19:15
re : DERNIERE POLLUTION

arf arf, arf, yeah the show must go on!

Miguel a sorti 2 ou trois trucs durant toutes ses chroniques rien de bien ecxeptionnel,on peu douter du show mais c'est sur qu'il ne laissera pas de trace au Panthéon,finis les mondanités de l'air du temps, on passe a autre chose ainsi va la vie de toute façon il aurait terminer par cracher son dentier dans le micro, avec des schouik's, slurp's et autre bruit de mastication, comme toute chose le philosophe non evolutif devient limité dans sa façon de demontrer des lors c'est la messe le politique limitant la philo, il arrive ce qui doit arriver pour vendre son texte il est obligé de provoquer pour se faire remarqué, de toute facon il n'est pas a la rue, alors a la trappe avec Field...

Marre des gens qui disent comment penser avec un manuel d'emploi prédigerré, la philo Burger ca a le même gout,des qu'on mord dedans ca coule de tout les cotés du rouge des morceaux de barbaques, des cornichons,du fromage fondu,de la salade confite ect..., les gosses aiment ca, mais a y regardé de plus pres on dirait du degeulons.
au suivant!


 
dom

23/03/2004
19:27
re : DERNIER SABOTAGE

yo salut tout lemonde aufait et content de te relire Nazdeb!

 
Nicolas Poucet

23/03/2004
19:42
re : DERNIERE HEURE, DERNIER SABOTAGE

C'est un running gag de dans le coin, ça, d'écrire Pierre Insuline ?
N'entendant pas Benassayag tous les jours je n'étais pas encore lassé... Je désapprouve, je fulmine et je prétends qu'au mieux c'est parce qu'elle craignait pour France-Cul que Laure Adler s'est livrée à  cette servilité, devançant le désir du prince.
Quant à  Slama, il est chaque jour plus égal à  lui-même dégoulinant de perfidie mielleuse. Il arrive quel que soit le propos de l'invité, à  placer une banderille contre l'espoir d'une société plus juste.
Un tel systématisme fait sortir les artistes par la petite porte de l'histoire de l'Art ; Slama ne sera jamais viré, mais au moins il ne laissera pas son nom au panthéon des chroniqueurs.
à tchaoum.
 
xavier

23/03/2004
20:00
re : DERNIERE HEURE, DERNIER SABOTAGE

Bonsoir,

Un nouveau venu sur votre forum, un curieux, à la recherche d’infos sur les raisons qui ont conduit FC à me priver des chroniques de MB. L’embarras dans lequel je me trouve et la lecture de vos débats m’incite à y apporter ma contribution.

Je suis en effet très partagé. A la fois je partage la colère de certains face à la conduite de FC sur cette affaire. Si un journaliste du Nouvel Obs n’avait pas interviewé Adler aurait-on eu les explications de ce limogeage ? Faut-il être naïf pour penser que les raisons politiques n’ont pas pesé lourd sur leur décision ?

En même temps, je ne peux m’empêcher, comme d’autres, d’admettre que la qualité des chroniques de MB avait baissé depuis plusieurs semaines :

J’ai souvent pesté de devoir partir sans écouter sa chronique. J’appréciais par-dessus tout sa malice, son humour, son impertinence et je trouvais que son intervention après Slama et Adler était plutôt salutaire, quand bien même je ne partageais pas toujours ses opinions. Pourtant et malgré le fait que je partage souvent son envie de dénoncer haut et fort la politique de ce gouvernement, je ne l’écoutais plus depuis quelques temps que d’une oreille distraite. Miguel avait pour moi perdu de son panache.

Maintenant, la nécessité du pluralisme des opinions sur une radio publique est évidente. Nous ne pouvons pas, auditeurs, céder la dessus. il me semble donc nécessaire de contraindre France Culture à des explications publiques et officielles, autres que quelques phrases lâchées à un journaliste sur un site internet. Je ne m’attends pas à autre chose qu’une réponse dans la meilleure langue de bois, mais le respect des auditeurs est aussi le moins que l’on attend d’une radio publique. A ce titre, je me doute que votre forum a quelque expérience en la matière. Lettre ouverte, pétition, etc. quelle est selon vous la meilleure des solutions ?

 
Louise

23/03/2004
20:19
re : DERNIERE HEURE, DERNIER SABOTAGE

"Miguel Benasayag n'est pas un salarié de France Culture, c'est un collaborateur de la rédaction, donc il n'a pas été licencié. Il s'agit plus exactement d'un arrêt de collaboration, que j'ai souhaité. " extrait du début de l'entretien de Laure Adler sur : http://permanent.nouvelobs.com/culture/20040322.OBS6333.html

On comprend donc que la rédaction est d'accord avec cette mise à la porte.

Elle poursuit qu'il s'essouffle mais qu'elle le trouve formidable et qu'elle lui a fait trois propositions : "Il s'agit de participer à l'émission hebdomadaire de Joseph Confavreux, "La mesure du possible", via une chronique, de rejoindre le club du "Rendez-vous des politiques" d'Ali Baddou, et de faire une grande série d'été sur un pays, une sorte de journal de voyage, comme il l'a déjà fait l'été dernier."

On comprend donc que Joseph Confavreux, Ali Baddou et Nicolas Demorand sont aux ordres.

Laure Adler, elle place, elle vire, elle intervient dans les émissions existantes, selon son bon plaisir ?
C'est écoeurant et c'est malsain.
Comment les "salariés" de France-Culture peuvent-ils travailler sereinement?
Et réagir ?

 
Aride

23/03/2004
21:06
re : DERNIERE HEURE, DERNIER SABOTAGE

J'apprend aujourd'hui avec stupeur le limogeage de Miguel Benasayag, éditorialiste à l'émission des matins de France Culture.
Avec ses points de vue décalés, Miguel (je suis sûr qu'il permettra que je l'appelle Miguel) nous apportait, dans le ronron du petit matin, un peu moins de France et un peu plus de culture. Sa manière de "problématiser" les choses, notamment, a ouvert à ma petite personne des perspectives jusqu'alors insoupçonnées, et ces questionnements perpétuels apportaient en tout état de cause un contrepoint aux points de vue, toujours très doctes, de son éminent collègue, l'omniscient Alain-Gérard Slama.
Laure Adler n'est pas aussi maligne que ses maîtres ; le prétexte qu'elle a trouvé pour justifier le départ de Miguel n'est pas assez gros pour que l'on y croie. Et si on s'en réfère au "cahier des charges" fixé par la patronne elle-même, il s'agissait de "mettre en perspective l'actualité culturelle et intellectuelle avec un point de vue de gauche".
Donc, si l'on en croit Mme Adler, l'idéologie dominante qui pèse sur l'ensemble de la population de la planète n'est pas suffisamment évoluée pour relever du domaine intellectuel (ne parlons même pas du culturel). Mme Adler nous avait déjà édifié il y a de cela quelques années, lorsqu'elle avait déclaré se référer au magazine Télérama pour la guider dans ses choix culturels(?) ; en assimilant le néolibéralisme à un concept dénué de toute intelligence, elle prouve à nouveau la pertinence - au second degré - de son jugement.
Remercions donc Mme Adler de nous confirmer ce que nous savions déjà, et souhaitons bon vent à Miguel Benasayag, qui a manifestement fait le choix de partir en résistant plutôt que de rester en s'abaissant ; dans cette lamentable histoire, la seule chose qui se sera abaissée, c'est la culotte des dirigeants de Radio France...
 
lionel

23/03/2004
23:14
re : DERNIERE HEURE, DERNIER SABOTAGE

Pour ceux qui utilisent le logiciel Real Audio

----------------------------------------------------------
Alexandre Adler parle aux français (et aux espagnols) :

<< ...ce n'est pas l'Espagne qu'il s'agissait de frapper, je le dis pour les petits malins qui vont faire un parallèle entre la position d'Aznar en matière internationale et celle de la France. La France est tout aussi visée, rassurez-vous - je le dis à ces petits salauds qu'ils y reflechissent! - que l'Espagne et l'Angleterre...>>

http://www.radiofrance.fr/listen.php?file=/chaines/france-cu lture/chroniques/adler/adler_20040312.ra (3'54")

<< ...devant un chantage terroriste d'une gravité exceptionnelle, l'electorat espagnol a réagi magnifiquement, il a voté pour la trouille, pour le renoncement, pour Munich...>>

http://www.radiofrance.fr/listen.php?file=/chaines/france-cu lture/chroniques/adler/adler_20040315.ra (0'24")

----------------------------------------------------------
Les deux dernières chroniques de Miguel Benassayag :
http://www.radiofrance.fr/listen.php?file=/chaines/france-cu lture/chroniques/benass/benass_20040318.ra

http://www.radiofrance.fr/listen.php?file=/chaines/france-cu lture/chroniques/benass/benass_20040319.ra

----------------------------------------------------------
L'émission citée par MB sur les mères de disparus en Algérie
Atelier de Création Radiophonique - Le chagrin d'une mère
http://www.tv-radio.com/ondemand/france_culture_(aod)/ACR/AC R200403142240.ram
 
Nazdeb

23/03/2004
23:15
re : DERNIERE HEURE, DERNIER SABOTAGE

Salut Dom, heureux de te voir heureux de me voir de retour !
(pour ce fil seulement je crois faute de temps, qu'est-ce qu'il est prenant ce forum c'est dingue...)
Nz

 
Nazdeb

23/03/2004
23:17
re : DERNIERE HEURE, DERNIER SABOTAGE


Carla, je fais partie de ceux qui n’ont pas répondu à vos arguments

Je n’ai pas répondu aussi parce que Henry, Lionel, Guy et d’autres l’ont bien fait.

Ensuite, parce que j’ai la trouille. J’ai peur de m’opposer à une personne qui pense qu’un chroniqueur, la veille d’une élection, doit être « loyal » envers un gouvernement. Cette idée éveille chez moi certains affects liés à des périodes pas rigolotes de l’histoire européenne… brrr !

(carla) « la veille d'élections, faire ça, tenter de peser sur un scrutin, de cette manière, avec cet argument (traiter le gvt de fasciste) c'est déloyal , irresponsable »

Ensuite, je n’ai pas répondu à vos arguments parce que vos arguments ne sont pas des arguments mais des jugements. Vous n’avez pas argumenté pour dire que la dénonciation des mesures FN dans les textes Perben/Sarko était irresponsable. Vous n’avez pas argumenté pour dire en quoi MB fait des provocations d'adolescent attardé. Vous n’avez pas argumenté pour dire en quoi les autres chroniqueurs ne sont pas, eux, des militants (si c’est simplement le ton de la voix, les modalisations dans le discours, sa structure, c’est un peu léger, ce n’est pas la forme mais le fond qui atteste le militantisme patenté d’un Adler &#8722; et *émotif* lui aussi : notamment sa voix étranglée en parlant de l’Espagne lors de sa chronique évoquée par Lionel). Vous n’avez pas argumenté pour dire en quoi la pratique en centre est contraire à la psychanalyse (dans un pays où d’ailleurs la psychiatrie, y compris en institution, est majoritairement d’inspiration psychanalytique je crois…), et par ailleurs vous excluez la psychanalyse hors du champ des psychothérapies alors qu’elle y occupe justement une place importante (peut-être pas en termes de consultation mais en termes historiques et conceptuels…).

Une chose que je vous accorde : j’avais raté la propos de MB contre les psychanalystes friqués en cabinet mais il est vrai que ce genre de dénonciation est relativement démago.

Ensuite, je n’ai pas répondu à vos arguments parce que vos commentaires sur les faits semblent biaisés par le jugement que vous avez sur leur auteur. Vous ne supportez pas la dénonciation du fascisme chez MB alors que ce genre de dénonciation ne semble pas vous déranger quand elle vient d’un Slama à propos du « totalitarisme » de normes américaines (et pas qu’une fois, le coup est parti à plusieurs reprises). Vous traitez MB de « militant », dénoncez la « vulgate » etc., et quand on souligne qu’il n’est pas défavorable à telle mesure proposée par la droite, vous criez au paradoxe pour un gauchiste, pour dire en gros, ha ha ! c’est la preuve que c’est un tordu je l’avais dit, etc.

Etc., etc.

Enfin, des tonnes de posts dans ce forums vous montreraient qu’on a beaucoup de mal ici à croire au « sérieux » que vous attribuez aux analyses d’un Adler et à l’idée qu’elles seraient « fines » (pfff…avouez, vous l’avez fait exprès là), ou encore permettraient de comprendre quoi que ce soit de l’actualité, etc. Si vous voulez que je vous adresse copie de messages argumentés que j’ai envoyés à Adler et Slama ces derniers temps à propos de l’Irak, mailez-moi, vous pourrez juger.

Nazdeb

 
Guy Dufau

24/03/2004
02:59
re : DERNIERE HEURE, DERNIER SABOTAGE

carla,affirmer qu'il n'y a pas eu de réponses à vos arguments a provoqué un supplément de réponses.
Des réponses il y en avait eu:le 22-03 à 20h45 par moi par d'autres aussi,à plusieurs reprises par Henry.A vos louanges adressées à Alexandre Adler correspondent les très nombreuses critiques venues de beaucoup d'intervenants.
Puisque vous trouvez que c'est peu,j'ajoute:
Tenir des propos méprisants sur les livres,la philosophie,la psychanalyse de Miguel Benassayag et parralèllement regretter que ses idées sur la philosophie,la psychanalyse... soient absentes de ses chroniques est incohérent.
Faut-t-il encore ajouter que vous rendez peu crédibles vos affirmations en avouant:"quand il arrive,je ferme le poste".
 
laurent adot

24/03/2004
03:49
Invocation au gâteux

Cher Monsieur Guy du faux, le verdict d'incohérence n'est bien souvent que la preuve d'une incapacité à comprendre l'autre...
(d'ailleurs il faudrait déjà cesser de lire de travers...)

LN
 
Guy Dufau

24/03/2004
08:20
re : DERNIERE HEURE, DERNIER SABOTAGE

"Que nos auditeurs se rassurent,ils auront la joie d'accueillir [....]qui donnera un souffle nouveau..."
c'est ainsi que Demorrand a enchainé après un bref hommage de Véronique Nahom Grappe rendu à Miguel Benassayag.
Est-ce que ce sera la seule explication(sic) qui nous sera servie?
 
laurent.nadot

24/03/2004
08:29
absence remarquée à l'usine de fausse-monnaie

Ben kess tu fou la toi ?
T'es pas encore dans l'usine asteure ?
T'as crevé ton peuneu , ou bien c'est le lokaoute ?
Ou bien pitètre tu grèves pour protester contre éjection benasayag ?

Merci de ne pas trop nous refourguer de tractouilles aujourd'hui,
pense à l'économie de papier pense aux forêts sitiplit

Laurent
 
Guy Dufau

24/03/2004
10:37
re : DERNIERE HEURE, DERNIER SABOTAGE

Eclairant retour en arrière

Guy Dufau

12/02/2004
14:13 re : CENSURE A FRANCE CULTURE

Je ne suis pas convaincu du tout de l'explication donnée ce jour, disant que l'interruption du billet de M.Benassaya, du 11-02, n'était pas une censure.
Demorrand a bien dit que la liaison téléphonique était mauvaise, et qu'une tentative de trouver une autre ligne serait faite. Il n'y eut pas cette tentative, la liaison n'était pas mauvaise, j'ai trouvé normalement audible l'écoute (j'étais pourtant à Sainte Croix du Verdon, lieu peu favorable à une bonne écoute).
Je crois à une censure, je crois en un marchandage, Miquel annonce qu'il n'y a pas eu de censure, en contrepartie il peut difFuser textuellement son billet censuré la veille.


louise

12/02/2004
22:41 re : CENSURE A FRANCE CULTURE

Allons, Allons, Guy, la ligne était mauvaise, ou alors c'est la sainte croix qui améliora votre écoute et vous fait croire et croire...


Guy Dufau

13/02/2004
13:49 re : CENSURE A FRANCE CULTURE

Loise,j'ai tout écouté depuis, plusieurs fois en différé,ce qui est passé a l'entenne les 11 et 12 février
- Le début de l'intervention de Miquel Benassaya était audible de façon normale, comtpe tenu de l'utilisation d'un téléphone
- bien que se dégradant, elle est restée compréhensible jusqu'à la coupure
Hypothèse: le ministre de l'intérieur n'a-t-il pas les moyens de brouiller une émission ?
Je constate les contradictions suivantes:
le 12 Demorrand dit "on a pas coupé", Benassaya dit "on m'a coupé", Demorrand rectifie: "on a coupé"
le 11, Demorrand: il nous faut interrompre,on va essayer une autre ligne, on va vous rappeler...
Tout cela n'est pas très crédible.
Ne pas oublier, que ces jours-ci Sarkosi,a poursuivi et fait condamner un quidam qui lui avait fait savoir ce qu'il pensait de lui.



lionel

13/02/2004
14:53 re : CENSURE A FRANCE CULTURE

Guy, de quoi parlait Benassayag avant d'être coupé?

Guy Dufau

13/02/2004
18:41 re : CENSURE A FRANCE CULTURE

D'abord un rectificatif: le 12 Demorrand n'a pas dit: "on a coupé" mais "ça a coupé",encore une main invisible !
De quoi parlait Benassayag: des aventures du ministre de la police, monsieur Nicolas Sarkosi,"qui pour être dans le vent",a voulu débusquer un "axe du mal en France, qui existe dans 23 quartiers"....
C'est ainsi qu'il a débuté
Le lendemain,Benassayag,a repris presque mot à mot ce même début.
La conclusion de Benassayag, le 12,est: "Nayez pas peur français,on aura Sarkosi avec le programme de Le Pen.


 
Babey

24/03/2004
10:38
re : DERNIERE HEURE, DERNIER SABOTAGE

"Bonjour tout le monde", j'écoutais pas toujours et j'étais pas toujours d'accord. Toutefois, malgré les apparences, il était moins pitre que certains intervenants similis éclairés de FC. (Je cite pas de noms, je dis aussi que Todd manque). Ce qui serait insupportable, ce serait de devoir se rendre à l'évidence que la programmation de FC se fait place Beauvau, ou que la boite aux lettres de la rue des Saussaies ait repris du service.
 
laurent nadot

24/03/2004
10:51
eclairant retour en arrière

Voici le texte qui a servi de canevas à la chronique de Miguel Benassayag
ci dessous le texte servant de canevas à la chronique de jeudi 17
mars,
suivie du licenciement du chroniqueur...

-----------------------------------------------------------
A QUOI SERVENT LES LOIS SECURITAIRES?
-----------------------------------------------------------

Les textes sécuritaires votés depuis deux ans à l'initiative du gouvernement
n'ont paradoxalement pas pour objet de réduire la délinquance, pas plus que
la loi contre les discriminations n'aura pour effet de réduire le nombre de
foulards islamiques dans les écoles. Ces lois stigmatisent au contraire des
populations cibles, en les excluant socialement, comme si l'objectif était
de les dresser contre la République. On aura ainsi obtenu la démonstration
recherchée, selon laquelle il est décidement impossible d'intégrer dans la
société française les femmes musulmanes et les jeunes des banlieues,
appartenant d'ailleurs aux mêmes réserves de ces nouveaux indiens, les
"arabo-musulmans".
Tout ce passe comme si, au contraire, ces lois d'exclusion devaient
maintenir la pression de la peur sur les électeurs, entretenir leur effroi
pour les refuznik de la République, en attendant les barbares des banlieues
au journal télévisé du soir.

Le but des lois sécuritaires est d'utiliser politiquement la délinquance de
rue comme trompe-l'oeil idéologique, de masquer le démantèlement de l'état
social, tel qu'il résultait du programme de 1945 du Conseil National de la
Résistance. Mais l'actuel gouvernement risque d'être lui-même victime de ce
jeu de leurre de l'opinion publique; car il est en train de réaliser en
partie le programme du Front National (187 pages, 300 propositions), sans
pour autant être certain de capter l'électorat d'extrême droite.

Séduire l'électorat d'extrême droite
Il apparaît que sur les 24 propositions du F.N. ,en matière de "justice et
police", 11 d'entre elles ont déjà été réalisées par D. Perben et N Sarkozy
:

- "expulser les délinquants étrangers" :
A cette fin, la loi immigration du 26 nov 2003 fait passer de 12 à 32 jours
le délai de rétention des sans papiers pour augmenter le taux effectif
d'expulsions.

- "bannir la politisation de la magistrature" :
Le projet du Garde des Sceaux de modifier le serment des magistrats en
étendant l'obligation de réserve y pourvoira, ainsi que les poursuites
actuelles contre des magistrats du Syndicat de la Magistrature: Hubert
Dujardin (affaire Tibéri et hélicoptère dans l'Himalaya), Albert Levy
(affaire des cantines du front national à Toulon) C Schouler (livre "vos
papiers" sur les contrôles d'identité ) et E Alt ( déclaration contre la loi
Perben 2 à l'audience).

-"organiser une coopération étroite entre police et justice" :
C'est l'idée de "chaîne pénale"qui supprime la séparation des pouvoirs entre
l'exécutif et le judiciaire; la circulaire du 4 février 2004 du ministère de
l'intérieur enjoint même aux policiers de faire des remontrances aux
procureurs si leurs décisions ne leur conviennent pas.

- "rétablir la justice de paix" :
la loi du 9 septembre 2002 crée les juges de proximité, notables locaux
sans indépendance statutaire.

- "réhabiliter les peines promptes, certaines et incompressibles" :
La loi Perben du 9 septembre 2002 permet de prononcer jusqu'à 20 ans de
prison en comparution immédiate.


-"réduire l'écart entre le maximum et le minimum de la peine" :
La proposition de loi sur les peines plancher, soutenue par N. Sarkozy,
prévoit que l'emprisonnement ferme sera automatique à la 3ème récidive; par
exemple, on ira en prison pendant 3 ans, au 4ème vol de CD rom.

-"rééchelonner la hiérarchie des peines" :
la loi "criminalité organisée du 9 mars 2004 punit par exemple de 15 ans de
prison le vol en série de pièces de monnaie dans les horodateurs, organisé
par 3 personnes, y compris des mineurs ; un attouchement sexuel, sans
violence physique, sur une adolescente, entraînera l'inscription de l'auteur
pendant 20 ans sur le fichier des délinquants sexuels, après l'exécution de
sa peine, et rendra très difficile sa réinsertion.

- " sanctionner les manifestations publiques de la débauche" :
la loi sécurité intérieure du 18 mars 2003 crée le délit de racolage
passif.

-"créer 13 000 nouvelles places de prison" :
loi de programmation de la justice du 3 août 2002 le prévoit.

-"resocialiser les mineurs délinquants en centres fermés et responsabiliser
les parents":
la loi du 2 août 2002 crée 600 places en centres éducatifs fermés et le
projet sur la prévention de la délinquance imposera des stages payants aux
parents "irresponsables".

-"améliorer la rémunération des policiers" :
des primes de rendement sont créées pour les policiers et les magistrats.

Il manque encore, dans l'application du programme du FN par le gouvernement
Sarkozy, le rétablissement de la peine de mort, la suppression de l'Ecole de
la Magistrature et l'interdiction du syndicalisme dans la magistrature Les
lois sécuritaires ont deux objectifs communs:

- identifier et contenir les populations inutiles pour l'ordre économique,
les classes non laborieuses (chômeurs, jeunes des cités, immigrés,
mendiants, prostituées, nomades) étant devenues des classes dangereuses.

- traiter pénalement les questions sociales en marginalisant l'autorité
judiciaire, afin de passer du traitement artisanal actuel de la délinquance
par la justice, à un traitement de masse, industriel, cogéré par les
autorités administratives.


Les prescriptions de la Convention Européenne des Droits de l'Homme (droits
de la défense, présomption d'innocence) ralentissent en effet la production
de sanctions par la justice. Le projet "prévention de la délinquance"de N.
Sarkozy permet à des autorités administratives de coproduire des sanctions
pour les familles "à problèmes".
En amont de la justice, les maires pourront imposer des stages parentaux
payants, des tutelles aux prestations sociales, des expulsions pour troubles
de voisinage; en aval de la justice, l'administration pénitentiaire devient
juge de l'application des peines afin d'accélérer la gestion des flux
carcéraux , en accordant elle-même des réductions de peine (loi criminalité
organisée). Ce traitement pénal de masse de la délinquance a en outre
l'avantage de créer des emplois dans l'industrie de la punition
(surveillants pénitentiaires, vigiles...,).

Le leurre sécuritaire :
-------------------------
Ces lois sécuritaires ont une fonction de captation de l'opinion publique,
d'occultation idéologique de la politique actuelle de liquidation de l'état
social.
L'objet réel de la loi contre le foulard à l'école et des lois sécuritaires
n'est pas de traiter les problèmes qu'elles dénoncent (intégrisme,
délinquance, criminalité organisée...). Il faut au contraire que ces
phénomènes perdurent. Il est même souhaitable que les chiffres de la
délinquance contre les personnes augmentent ou soient gonflés pour tenir en
haleine les électeurs apeurés; il est nécessaire de stigmatiser les filles
voilées et le danger musulman pour détourner l'attention des chiffres du
chômage, des délocalisations d'entreprises, des enfants vivant en France en
dessous du seuil de la pauvreté (1million 1/2), de l'augmentation des
expulsions locatives et du nombre de S.D.F.
Pendant qu'on agite le chiffon rouge contre de jeunes lycéennes voilées et
contre l'insécurité de nos villes (pourtant les délits de voie publique ont
diminué de 21% en 2 ans à Paris), les affaires du MEDEF peuvent continuer.
L'attention des électeurs est détournée, et c'est bien là l'essentiel, de la
détresse des chômeurs, de la précarisation des salariés et de la remise en
cause du système des retraites et de l'assurance maladie. Le résultat
certain de la loi "contre les discriminations" est qu'on exclura de plus en
plus de jeunes filles des lycées, car le durcissement de convictions déjà
rigides est le réflexe de tout groupe victimisé. Le résultat annoncé des
lois sécuritaires est qu'on entassera encore plus de détenus dans les
prisons, dont chacun sait qu'elles sont des machines à produire de la
récidive.
Ainsi, selon les statistiques du ministère de la justice, 65% des personnes
condamnées à de l'emprisonnement ferme retourneront en prison, tandis que
seulement 11% de ceux qui ont bénéficié d'une peine de sursis simple ou
d'une libération conditionnelle récidiveront (infostats justice juillet
2003).


L'emprisonnement n'a donc pas pour effet de réduire la délinquance!
------------------------------------------------------------------------ ----
-----
Un ordre mobile.
Malgré l'inefficacité réelle de l'emprisonnement sur la délinquance, la
machine pénitentiaire tourne à plein régime : Déjà presque 61 000 détenus,
(c'est à dire 7% de hausse en un an!) en février 2004, et l'inflation
s'amplifiera par la création de nouvelles infractions (loi Sarkozy), tandis
que le nouveau jugement sur négociation de la peine avec le procureur va la
faire exploser. Au lendemain des élections présidentielles d'avril 2002, une
député UMP (N..Kosciusko-Morizet, le Monde du 14 nov 2002) avait plaidé pour
l'avènement d'un "ordre mobile": "Il importe avant tout que le curseur de
l'action se place là où l'adhésion accompagne le signe de l'ordre". Ordre
mobile, justice en temps réel, ce sont des valeurs "modernes", empruntées à
la mondialisation du marché, qui entrent dans l'univers judiciaire. Comme la
circulation des marchandises, les lois doivent être fluides et flexibles, et
la justice doit être immédiate. Effrayant aveu d'un projet de société
pénalisant la simple contestation de l'ordre, N Sarkozy met en place cet
"ordre mobile": Les infractions crées par la loi "sécurité intérieure" du 18
mars 2003 ne résultent plus d'un préjudice matériel et concret causé à
quelqu'un; elles se déduisent d'un comportement, mendier, se prostituer,
bavarder en groupe devant un immeuble...
L'ordre social seul est en cause dans ces nouvelles infractions qui
n'occasionnent aucun préjudice à une victime particulière.

La loi "criminalité organisée" du 9 mars 2004 complète le dispositif en
orientant ces procédures vers "la négociation de la peine" avec le parquet.
Une misérable justice, sans juges et sans audiences, pour des affaires de
misère. Aux Etats-Unis, ce système de plea-bargening a été déterminant dans
l'émergence des villes-prisons (taux d'incarcération 7 fois supérieur à
celui de la France), accompagnée par l'automaticité des peines fermes en cas
de récidive.

Séparer les populations utiles des populations inutiles Les récents textes
sécuritaires s'articulent donc par une vision cohérente de l'organisation
sociale, dont l'objet est de séparer les populations utiles (électeurs,
salariés), des populations inutiles (chômeurs , délinquants, immigrés).


Qu'il s'agisse de la loi Perben du 9 septembre 2002 sur les "orientations de
la justice", de la loi Sarkozy du 18 mars 2003 sur la "sécurité intérieure",
de la loi sur l'immigration du 26 nov 2003, ou de la loi "criminalité
organisée"du 9 mars 2004, toutes les lois récentes illustrent le traitement
pénal des questions sociales.
Car la disparition des emplois industriels, le déséquilibre des relations
salariés /employeurs, laissent sans activité et sans espoir, d'immenses
réservoirs de main d'oeuvre, jusqu'ici utilisés dans l'essor économique. Un
traitement social de ces populations en déréliction nécessiterait une autre
politique de services publics, une autre distribution des richesses, que le
MEDEF ne peut accepter. La seule alternative qui s'offre à l'actuel
gouvernement est d'appliquer un traitement pénal de masse à ces populations
désormais au chômage pour lesquelles il n'est plus possible de monter dans
l'ascenseur social, et qui ne peuvent même plus prétendre à la condition
ouvrière de leurs parents. La crise du libéralisme détermine cette
régression conservatrice, et ces lois sécuritaires.
Celles ci permettent à la fois d'alimenter la peur, l'individualisme, donc
d'empêcher les mobilisations sociales, mais aussi de créer des emplois dans
"l'industrie de la punition" et de la surveillance, selon l'analyse de Niels
Christie.


L'industrie de la punition
------------------------------
L'ensemble du secteur de la sécurité publique et privée (policiers, vigiles,
surveillants, gendarmes...) représente presque 400 000 emplois en France;
il est en croissance constante, puisque 14 000 policiers et gendarmes vont
encore être recrutés d'ici 2007.
La 13ème édition de "MILIPOL Paris 2003", salon entièrement dédié aux
technologies de la" sécurité intérieure des états et de la lutte
anticriminelle", témoigne de la prospérité de ce secteur économique qui
génère de nouveaux métiers et crée des emplois autour de la biométrie
(identification humaine), des caméras intelligentes, des entreprises
d'intelligence économique (stratégie du risque)... Bourdieu remarquait déjà
en 1993, dans "la misère du monde", que le chiffre d'affaires de la sécurité
privée représentait le tiers du budget de la police nationale (article de
Rémi Lenoir, "désordre chez les agents de l'ordre") .
C'est ainsi que dans une période où 10% de la population est au chômage, la
prison a une fonction asilaire, mais aussi un rôle économique.


L'ouverture des champs pénitentiaire et judiciaire aux entreprises privées
se manifestent par des modifications importantes des règles concernant les
marchés publics: Les lois de programmation pour la sécurité intérieure et
pour la justice prévoient des dérogations aux procédures d'appels d'offres,
pour la construction des 13 000 nouvelles places de prison et des 600 places
de centres fermés pour mineurs. Le montant des sommes engagées s'élevant à
1,3 milliards d'euros pour les seules prisons, tout le secteur des travaux
publics va bénéficier de la politique du tout carcéral, sans compter la
construction de commissariats et de la création d'une centaine d'unités de
gendarmerie, d'ici 2007 (toujours selon des procédures dérogatoires au code
des marchés publics).
Si on se fie aux pratiques actuelles des entreprises du bâtiment, on verra
bientôt le Ministère de la justice lui-même mis en examen dans des affaires
de corruption.... Pour de nombreux groupes (Valeo, Vahiné, Assistance
Publique des Hôpitaux de Paris...), le travail des prisonniers, payé bien en
dessous du SMIC, représente un main d'oeuvre flexible à souhait, sans
syndicat ni risque de grève, sans que le droit du travail ne s'applique.

Les cantines des prisons assurent depuis longtemps de confortables bénéfices
à la multinationale Sodexho.
Les prisonniers sont rémunérés à la tâche pour assembler des matériels de
perfusions ou des équipements de voitures, tandis que des entreprises se
partagent les profits du renouvellement des armes des policiers (300 000
armes de poing pour 90 millions d'euros ), des bracelets électroniques
(Elmotech), des flash balls....
La vidéo surveillance des rues ou des parkings concerne 388 communes en
France, avec un budget d'environ 100 000 euros par commune; ce marché va se
développer considérablement car le projet de loi Sarkozy sur la "prévention
de la délinquance" accorde des réductions d'impôts en cas d'installation de
caméras dans les immeubles collectifs!

Tandis que certains font des affaires grâce à l'expansion du marché du
sécuritaire en profitant de l'idéologie de la tolérance zéro, des pans
entiers de la populations sont reléguées, soit dans une infra-société, sans
services publics et sans égalité des droits, survivants du RMI et du travail
précaire, soit dans les prisons, qui sont plus que jamais, comme l'a
démontré Loïc Wacquant, celles de la misère.
___
Aujourd'hui, dans les prisons françaises, il n'y a jamais eu autant de
détenus depuis la fin de la guerre...


---

LN
 
Louise

24/03/2004
11:58
re : DERNIERE HEURE, DERNIER SABOTAGE

Laurent, il va vous falloir relire le message de Guy du 21/3 de 12h44
 
Guy Dufau

24/03/2004
12:48
re : DERNIERE HEURE, DERNIER SABOTAGE

Non Louise,tu te trompes,ce n'est pas par inattention que Laurent a introduit ce que j'avais déjà fait,c'est pour saborder ce forum par des interruptions qui pertubent nos échanges,il vient de faire la même chose sur un autre fil.
C'est regrettable,mais je cafte auprès de DDFC
 
Lotus

24/03/2004
14:39
Etrange

Etrange, ne trouvez-vous pas, de congédier Miguel Benasayag au moment où d'autres arrêtent des réfugiés politiques italiens...
Tant qu'à France-Culture...Hélas, il s'insinue dans le sillage de la médiocrité ...
 
xavier

24/03/2004
15:36
re : DERNIERE HEURE, DERNIER SABOTAGE

France culture s'est décidé à fournir une explication à ses auditeurs...Ainsi sur le site internet :
"Explications de la direction de France Culture
à la suite de la suppression de la chronique de Miguel Benasayag

La direction de France Culture a bien pris note de votre émotion légitime à imaginer qu'une chronique quotidienne de mise en perspective de l'actualité tant sur le plan culturel qu'intellectuel ne continuerait pas sur France Culture dans cette tranche de programme.

Elle tient à vous rassurer et vous dire qu'une personnalité connue pour son engagement citoyen et son attachement aux différentes valeurs qui nous fondent, viendra chaque jour s'exprimer dans cette émission.
Laure Adler espère et croit que cette nouvelle personnalité saura nous apporter un point de vue argumenté, indépendant et riche de mise en perspective et de décryptage de l'actualité.

La direction de France Culture a par ailleurs proposé à Miguel Benasayag de continuer à travailler à France Culture sous une autre forme."

 
Carla

24/03/2004
15:50
re : guide du faux , vous exagérez : 2

relisez mes messages : j'ai toujours regretté, avec une cohérence qui précisément vous exaspère, la faiblesse philosophique et théorique (que ce soit en psychanalyse ou autre, je pourrai aussi ajouter l'histoire pour ce message-ci) de Benasayag

faiblesse regrettable pour un type qui se prétend "philosophe" "psychanalyste" etc. etc.

d'ailleurs j'ai dit : on ne peut pas tout tenir, toutes les places, à la fois

ce qui du reste , pour un psychanalyste, est le b.a. ba

mais d'ailleurs, ai-je fait remarquer, il n'est pas psychanalyste, mais se contente de cracher dans la soupe des psychanalystes et de la psychanalyse , en nous la jouant "je travaille dans les centres publics " "je travaille avec les pauvres"

= nul cet argument, et qui + est infect , en tout cas pas d'un psychanalyste, manifestement

bon j'arrête et résume pour que ce soit clair et pas saturer votre esprit qui a du mal à me comprendre

- philo : absente
- psychanalyse : aussi

cohérence du gars : il parle d'ailleurs , de sa position militante (qui si, jamais quittée est incompatible avec approche philosophique et / ou psychanalytique)

et cohérence de Fr-Cul : on avait embauché un philosophe-psychanalyste, il n'a pas tenu ses promesses

quant à votre délire sur la censure politique, vous avez aussi perdu : annonce ce matin d'appeler quelqu'un de la même sensibilité politique que la partant .

Alors, vous voyez pas que ce n'est pas sa sensibilité politique (contrairement à ce que dit MB qui essaye de se poser en martyr) mais son insuffisance , celle d'un type dont le niveau est, oui je maintiens, celui des articles de Marie-Claire.

Adler, il vole dans d'autres hauteurs. Vous me direz, pour un aigle...

D'accord ou pas, c'est une question de hauteur. Adler, il a des idées sui generis. MB il répète une vulgate Libé archi connue et déjà vue.
 
Camille

24/03/2004
16:19
re : DERNIERE HEURE, DERNIER SABOTAGE

On peut poser des questions à Miguel Benasayag:
http://www.nouvelobs.com/forum/index2.php
 
Henry Faÿ

24/03/2004
17:55
je vais me répéter: là n'est pas la qu

Tant pis, je vais me répéter puisque le message n'est apparemment pas passé; que Miguel Benassayag soit ou ne soit pas calé en philosophie, en psychanalyse etc LA N'EST PAS LA QUESTION. Le problème c'est qu'on n'a pas respecté sa liberté d'expression et que c'est une faute, que c'est contraire à notre éthique et que ça met en cause la liberté d'expression de tous les intervenants de la chaîne qui peuvent à tout moment se voir traités "d'irresponsables".
La liberté d'expression ne se partage pas.
Dire qu'on va appeler quelqu'un de sa sensibilité c'est absolument minable et irrecevable comme réaction. C'est ce qu'a laissé entendre le petit Nicolas et ce n'est pas à son honneur. Je le dis franchement, il m'a vraiment déçu. Le remplaçant aura "la même sensibilité", peut-être mais il saura courber l'échine, il saura jusqu'où aller trop loin pour ne pas déplaire. Il saura ne pas dépasser la ligne jaune. Il saura dénoncer un scandale au Pakistan ou en Corée mais s'abstiendra prudemment de parler des centres de rétention d'étrangers à l'aéroport de Roissy. Il protestera avec vigueur contre les brutalités policières en Tunisie mais sera muet sur celles qui se produisent dans les commissariats de la Région Parisienne etc etc.
Il jouera le rôle d'alibi.

 
Henry Faÿ

24/03/2004
17:58
erratum

jusqu'où ne pas aller trop loin
 
Guy Dufau

24/03/2004
18:49
re : DERNIERE HEURE, DERNIER SABOTAGE

jusqu'où ne pas aller trop loin ?
La réponse pourrait être: pas d'irrespect à l'encontre de Nicolas Sarkosi,le patron de la police,qui essaie d'être celui des juges et essaie d'avoir d'autres bâtons encore dans sa résistible ascension.
Est-ce un hasard,si le 11 février dernier la chronique de Miguel a été coupée,la cible en était Nicolas Sarkosi et si pour quelques mots à lui adressés quelque jeune passant l'a interpelé.
Je crois qu'en certaines circonstances la Maison ronde est l'annexe de la place Bauveau.
 
dom

24/03/2004
18:52
re : DERNIERE HEURE, DERNIER SABOTAGE

bonjour Henry,

Dis moi, la culture c'est quoi au juste,
-un epanchement de verbiages steriles et actualisés en fonction des evenements des partis?
-une vision de son ego?
-une critique gouvernementale?
-une incitation?
-la mauvaise humeur et la sensiblerie exacerbée d'un clown?
je pensais qu'ii s'agissait de faire decouvir des sciences, des oeuvres litteraire ou musicale, une reflexion et une approche differente,des philosophies, ect., mais une chronique chiante au demeurant et par beaucoup de moments ca sert a quoi?
faire des chroniques avec des copier collé de Reuter ou d'AFP ,voir le mail de Laurent, tu parles d'un professionalisme,la prochaine fois qu'il prenne les cours de la bourse au moins ce sera utile pour certains.

si on deplace le probleme ailleur on ne peut même plus virer quelqu'un pour incompetance, ce sera deformé.
il est remercié et alors? qu'est ce que ca peut faire?la liberté de quoi Henry celle de dire n'importe quoi au gre de sensibleries du jour? Lagaff se fait bien remercié aussi, il fallait bien s'attendre a ce que dans le cas d'un journal spectacle rien ne serait eternel, il part un autre le remplace c'est le coté économique de la chose.Rien ne l'empeche de crée sa propre radio sur le net,
voila ce qui arrive lorque l'on s'accorde trop d'importance
dom fau po s'e prendre pour le calife a la place du calife
iznogod
 
laurent nadot

24/03/2004
19:04
Enseignements

Je pense qu'il y a une reculade de la direction : Laure Adler ne peut pas perdre la face en réintégrant le mec vitré, mais elle promet un équivalent, et une sorte de reclassement interne pour ce type qui est une véritable glue et dont on ne sera jamais débarassé. Le pendant radio de Guy du faux quoi.

France culture sera donc de moins en moins porté sur la culture et de plus en plus sur la polémique stérile et masturbatoire, comme DDFC d'ailleurs, sous l'influence des mêmes.

Le point positif, c'est qu'il faut féliciter le concert de râleries : il prouve qu'on peut intimider la direction de la chaine. Si les défenseurs de la culture avaient été aussi énergiques, je gage que le culturocide n'eut pas eu lieu aussi durablement ni aussi gravement. La direction de la chaine me dira-t-on, avait reculé en janvier 2000, mais ce fut assez peu, et on vu sur la durée la tendance de départ se confirmer...

J'en tire la conclusion que les passions politiques sont chargées de bien plus d'énergie que les passions culturelles. Ce qui peut s'expliquer après coup par le fait suivant : vu que ça met en oeuvre moins de matière grise, il faut bien compenser par quelque chose hein Guytou ?

LN.
 
dom

24/03/2004
19:24
re : DERNIERE HEURE, DERNIER SABOTAGE

Laurent,
quand est ce qu'on classera ces pitres comme consomables, donc jetables, je n'ai rien contre Miguel, mais a l'image de jacques Martin que represente il exactement, un Nobel? une oeuvre incomensurable?un projet de société?
que l'ont presevre les artistes, les créateurs cela va de soit mais un chroniqueur, le balayeur a autant d'importance et lui gagne nettement moins, qui plus est reste a sa place, et n'a de pretention que la propreté.
les contorsions d'un remaniement quelqu'il soit pousse l'emotivité des mediocres au paroxysme, la meute crie au scandale des que l'on touche a la chaine alimentaire.

 
laurent nadot

24/03/2004
19:36
Persécutez les tous jusqu'au dernier

Le problème Dom, c'est qu'en France il suffit de tartiner les clichés les plus éculés pour se retrouver sacralisé, bombardé intellectuel, et intouchable. Dans ce cas les fumistes ne sont pas prêts de devenir du consommable... Quant au brouet qu'ils nous servent, à l'instar de Benasayag, il y a longtemps (depuis la fin de mon adolescence) que je le trouve imbouffable.

Mais à considérer la réaction et les cris de ceux qui le gobent, je me dis finalement que ton image de chaine alimentaire est encore trop douce : il ne s'agit pas d'alimentation mais de communion, de nourriture sacrée, Benasayag c'était l'hostie de 8h35, huh, comme quoi les anti-cathos ne valent pas mieux que ceux dont ils demandent la destruction...

Les voila donc condamnés à rejoindre dans l'histoire les légions de persécutés. La vraie question est : dans quelles catacombes vont-ils maintenant se réfugier pour eller écouter les enregistrements des chroniques de leur idole ? De la pratique ducliché misérabiliste comme substitut de l'esprit religieux, non c'est trop drôle arf'.

LN
 
Guy Dufau

24/03/2004
22:05
re : DERNIERE HEURE, DERNIER SABOTAGE

Peut-être vaut-il mieux s'adresser au médiateur de Radio france qu'à la direction de France Culture,il est là pour ça le médiateur,non?
C'est ce que je vais faire et lui demander de prendre position publiquement et d'abord sur ce forum
le médiateur: philippe.labarde@radiofrance.com
 
Henry Faÿ

25/03/2004
06:58
réponse à dom: défense de la libert&eac

Je vais me répéter: défense de la liberté d'expression mon cher dom. C'est aussi simple que ça. Je suis prêt à dire tout le bien ou tout le mal d'un chroniqueur en temps normal mais s'il est sous le coup d'une éviction pour raison politique, je considère que ce n'est plus la question. J'essaye par mes dérisoires moyens en le défendant de défendre la liberté d'expression. C'est insupportable que le cabinet de Sarkozy puisse donner un coup de téléphone à Jean-Marie Cavada et que celui-ci dise oui, bien sûr. Lequel téléphone à Laure Adler qui dit oui bien sûr (c'est un scénario que j'imagine mais je n'en vois pas d'autre). Tant pis si j'ai l'air pompeux, la liberté d'expression est une cause sacrée qu'il faut toujours défendre.

 
Guy Dufau

25/03/2004
09:18
re : DERNIERE HEURE, DERNIER SABOTAGE

Lorsque dans la même personne ou dans le même corps,la puissance législative est réunie à la puissance exécutive,il n'y a point de liberté;parce qu'on peut craindre que le même monarque ou le même Sénat ne fasse des lois tyrranniques,pour les exécuter tyrranniquement...
Tout serait perdu si le même homme ou le même corps des principaux ou des nobles,ou du peuple, exerçait ces trois pouvoirs : celui de faire des lois,celui d'exécuter les résolutions publiques et celui de juger les crimes ou les différents des particuliers.
Montesquieu,De l'esprit des lois (1748)
 
Urban Pierre

25/03/2004
09:40
re : DERNIERE HEURE, DERNIER SABOTAGE

Je trouve plus que regrettable le départ de M.Benasayag. Ses chroniques de défense des libertés fondamentales dans un pays qui se dit républicain et défenseur des droits de l'homme me paraissent justifiées sur une chaine nationnale
qui semblait encore garder des espaces de libertés de parole. Allons nous vers de plus en plus de censure et France Culture va t elle, elle aussi se mettre à lècher les bottes du pouvoir?
Un auditeur très assidu de votre chaine,mais bien déçu.
Pierre Urban


 
carla

25/03/2004
10:05
le petit Miguel sorti de l'incognito grâce à F

en fait de censure ce petit écrivaillon inconnu et promis à le rester se sera fait connaître de la France entière qui France-culte.
Via France-cul il a gagné une tribune, qui hélas a montré ses qualités intellectuelles limitées , et son humour que certains ne trouvent pas drôle, et pas content de devoir retomber dans l'oubli il cherche à faire parler de lui encore, en hurlant au scandale

tout cela n'est pas très sympathique


La liberté d'expression, oui, mais elle ne peut être invoquée pour protéger / excuser le manque de talent.
Il faut bien du talent pour être un provocateur . Or le talent de Benasayag n'était pas à la hauteur de ses prétentions (de provocateur qui faisait un peu trop le malin)

S'il avait eu plus de talent, son histoire sur les lois sécuritaires et la politique de Sarko (ce qui n'est pas un sujet tabou, en effet) il l'aurait autrement emballée et ça serait passé .

Tout est là.

La forme, la manière, ça compte . ça s'appelle finesse, ou subtilité, ou intelligence, comme on veut, mais ça compte et ça fait la différence.

C'est précisément le travers des vrais gauchos faux intellos, c'est que s'ils connaissent la provoc ils ne sont pas forcément capables de la faire passer , car l'important c'est la provoc et peu importe le flacon pourvu qu'on ait l'ivresse.

Sauf que les lendemains de cuite le réveil peut être rude .

Désolée d'insister, mais si vous lisez Charlie, vous aurez votre dose d'impertinence, de non-conformisme et de critique au vitriol d'un point de vue très radical. Comparez les chroniques de Val et celles de Benasayag, -pour rester dans le même registre- et mesurez l'humour, la finesse, l'intelligence, de manière comparative.

Outre que Charlie s'est fabriqué son propre espace de liberté où il n'a de compte à rendre à personne et n'est pas un "service public" (détail qui fait aussi la différence) Val se donne la peine de justifier avec un peu plus de sérieux ses piques, qui n'en sont que plus dignes d'être prises en considération.

Bref, la provoc , ça a des limites. Cela, un supposé intellectuel est requis de l'accepter... sous peine de ne pas être pris au sérieux, comme intellectuel.

C'est exactement de qui est arrivé à Benasayag.



 
Guy Dufau

25/03/2004
11:51
re : DERNIERE HEURE, DERNIER SABOTAGE

Mais qui est carla pour avoir des attitudes si supérieures et si hautaines et dont la rengaine est de répéter que Miguel est un ignorant sans talent.
Je pense que ses chroniques ont satisfait davantage d'auditeurs que celles de Slama ou de Adler.
C'est en tout cas,ce qui se dégage du contenu de ce forum.
 
Daniel

25/03/2004
12:37
re : DERNIERE HEURE, DERNIER SABOTAGE

Carla aime visiblement provoquer elle aussi.
Val l'étudiant en rhétorique et AAdler le géopolicien visionnaire aboient, M.B. pleurnichait.
On peut ou pas regretter son éviction, mais le geste est maladroit.
Encore plus maladroit de ne remplacer sa chronique que ->lundi<- prochain.
 
laurent nadot

25/03/2004
12:43
Bonsoir Clara

Le style de Carla n'est pas sans rappeler celui de Murièle B. allégé de sa vanité sentencieuse et de la pénible manie des interminables commentaires zet citations de ses adversaires sur DDFC.

Vu les attitudes partisanes dont certains ici ne veulent pas se défaire, Carla apporte sur DDFC un contrepoids utile, je trouve. Et contrairement à d'autres dont je salue les interventions, comme Philou, au moins Carla parle radio. Sur DDFC c'est devenu quasi une rareté...

Mais ceux qui ne jugent qu'en fonction de l'étiquette, càd du camp supposé d'appartenance idéologique, seront incapables de tirer quelqu'enseignement de ses contribs, et c'est bien dommage pour eux.

Maintenant pour savoir si Carla est Murièle réincarnée, je vais de ce pas enfiler une soutane et, ainsi habilement déguisé, me porter dans autre fil pour y prononcer un éloge funèbre de Georges Bernanos. Si elle rapplique pour me carboniser on saura à qui on a affaire huh.

L.
 
Henry Faÿ

25/03/2004
13:45
non,la provoc n'a pas ses limites

Où donc avez vous vu, Chère Carla que la provoc avait ses limites? Et lesquelles, s'il vous plaît? Autres que celles inscrites dans nos lois (diffamation, racisme etc mais ça on ne le lui a jamais reproché).
Ecrivaillon inconnu manque de talent, de finesse, de subtlité, d'intelligence etc... Tout ça pourrait eut être invoqué pour un chroniqueur qui ne serait pas inquiété pour ses opinions. S'il l'est, il est même plus qu'inquiété, il est interdit d'antenne, il n'y a rien d'autre à faire que le défendre. C'est de la liberté d'expression qu'il est question.

 
Guy Dufau

25/03/2004
14:11
re : DERNIERE HEURE, DERNIER SABOTAGE

Murièle n'était pas derrière un pseudo
Murièle anti catholique ne manquait pas de références historiques pour fonder ses positions
Murièle s'efforçait de ne pas affirmer sans justifier
Sur ces trois points-pour se limiter-Murièle n'est pas carla.
Sans oublier que Murièle appréciait les idées de Miguel
 
Guy Dufau

25/03/2004
15:14
re : DERNIERE HEURE, DERNIER SABOTAGE

Le licenciement de Miguel a un rapport avec Sarkosi,ce qui suit aussi:


Toulouse: le «yaourteur» de Sarkozy condamné à quatre mois de prison
avec sursis
[24/03/2004 14:37]

TOULOUSE (AP) -- Un jeune homme d'une trentaine d'années qui avait jeté
deux yaourts périmés sur la voiture du ministre de l'Intérieur Nicolas
Sarkozy lors de son déplacement à Toulouse le 2 février dernier a été
condamné mardi par le tribunal correctionnel de Toulouse pour «outrage»
et a écopé de quatre mois d'emprisonnement avec sursis, a-t-on appris
mercredi auprès de son avocat.

Alors que M. Sarkozy quittait la préfecture, le jeune Toulousain,
militant de la «vélorution», avait lancé deux yaourts en signe de
protestation, choqué que le cortège du ministre emprunte un sens
interdit alors que la tolérance zéro est appliqué aux cyclistes qui
font de même à Toulouse. Il avait été interpellé immédiatement et,
après une garde à vue, mis en examen pour «outrage à dépositaire de
l'autorité publique».

La peine est conforme aux réquisitions du représentant du ministère
public qui avait demandé mardi quatre mois avec sursis. Selon Me
Christian Etelin, son avocat, le jeune homme a également été condamné à
verser 300 euros de dommages et intérêts à un policier pour
«rébellion», lors de son arrestation. AP

Et si les yaourts n'avaient pas été périmés ???????


 
carla

25/03/2004
15:38
guide du faux , lancez une enquête

dites, c'est quoi cette inquisition et cette inquiétude ?

Vous qui dites défendre la liberté d'expression, serait-ce vrai en général sauf ici ?

Serait-il interdit de dire que MB est léger ? Et même d'expliquer qu'il est faible, d'un point de vue théorique, car il ne sort pas du registre de l'indignation -càd de l'émotion à laquelle il fait appel ?
Et cela, peut-on vous le prouver autrement que par l'argument sus-dit?

Vous exagérez !

J'ai dû me tromper, je suis tombée dans une bande de copains dont je ne fais pas partie, dont certains m'ont bien fait rire (Laurent) mais si je dérange ...

En tout cas, je ne suis pas Muriel, vous pouvez en être certain (où est-elle celle là ?)

Et comment puis-je être lavée de ce soupçon ?

Et pour finir je vous dirai même que je trouve Nahum-Grappe cul-cul, à la puissance je ne saurai dire exactement ... Quand elle arrive, chez moi on dit "lâche moi la grappe, Véronique" et on baisse le son. C'est un peu court, je l'avoue, et vous trouverez sans doute l'expression un peu triviale, je m'en excuse, mais c'est tout ce qu'elle nous inspire . Faiblesse de la sociologie .


Bon, s'il vous faut une carte de visite avant d'entrer, il suffirait de le mettre dans les conditions.

Mais ce fut un très, très, très, très bel échange .


Je vous remercie vraiment beaucoup et très très sincèrement, car ce fut une très belle idée que de dire à Miguel en somme "Miguel on t'aime" . Très bel hommage, émouvant, et qui vient du fond du coeur, vraiment.
N D

alias Carla



 
laurent nadot

25/03/2004
15:39
problème de qualité radiophonique avant tout..

Henry les limites de la provoc évoquées par carla ne sont pas celles du droit mais celles de l'efficacité quant à l'effet produit : la provoc pure n'atteint pas son but :
- soit parce que, trop pure, elle n'est pas reçue ou alors immédiatement rejetée.
- soit parce que faible sans style ni nouveauté, sans aucun apport personnel, elle n'a que le goût et l'effet des alcools bon marché.

La chronique de Benasayag était du second cas : un kirsch fantaisie pouah jamais je ne me soulerais avec ça, même si je le voulais. A 8h35 on n'a jamais pu entendre quoique ce soit d'un peu original. Benasayag s'exprimait en clône colportant des clichés. N'importe quel collégien animé par un soupçon de générosité humaine et disposant d'un peu d'info est capable de produire ce jus sans esprit. D'ailleurs il suffit d'écouter Radio-Pubertaire pour entendre exactement les mêmes sornettes insipides.

Je me demande d'ailleurs si ce qui me fait bondir dans le gauchisme contemporain, ça n'est pas précisément cette carence de style. Parce que pour le reste le discours de la gauche larmoyante, celle qui joue en permanence sur l'émotion, eh bien ça devrait séduire tous les humanistes : les idéaux affichent une évidente générosité (même si elle n'est évidemment pas pure d'intentions troubles), et l'analyse contient sa part de vérité (même si à force de manichéisme ce peu de vrai devient aisément faux par simplisme). Non, ce qui manque, c'est un peu de créativité peut-être.

Le satiriste de gauche manque d'humour. Miller Ezine Benasayag en sont d'assez bon exemples : ils ne savent que ricaner niaisement en prenant des airs supérieurs et en assénant leurs implicites. Je ne vois guère que les dessinateurs de Charlie Hebdo pour relever le niveau. Hormis cette exception, la satire journalistique de gauche consiste à enfiler des clichés et des anathèmes du niveau des syndicats lycéens.

Evidemment c'est un peu court, car la mission de l'intellectuel est au-dessus de tels automatismes, et c'est ce que savent faire Slama et même Alexandre Adler malgré ses plantages. C'est donc pour non pas pour des raisons d'engagement excessif, mais pour cause de qualité insuffisante, que Benasayag aurait du être viré, et depuis longtemps encore ! Mais pour que telles soient les choses, il aurait fallu que les matins ne soient pas ce qu'ils sont, et que France Culture n'ait pas été culturocidée. Car hélas la médiocrité des chroniques de MB était bien dans la note de cette catastrophique émission. Il a donc sauté pour de mauvaises raisons, quelle ironie...

LN

 
laurent nadot

25/03/2004
15:52
Invocation to the demon sister

Carla soyez polie sitiplit nous ne sommes surement pas une bande de copains. Suffit de lire les horions qui s'échangent ici et de constater les coups bas que je passe mon temps à encaisser. Kanmème.

Non skil ya c'est que vous avez cru entrer dans un espace culturel et qu'en fait pas du tout : DDFC est un lieu hybride qui tient de l'officine syndicale et du bistrot. Mais de culture niet. Un peu comme les gens qui croient écouter France Culture donc. Ce en quoi au moins nous sommes cohérents finalement.

Maintenant ça n'est pas en nous privant de présence féminine que vous arrangerez les choses, ici comme dans tous les bistrots la trop forte proportion de mecs suscite des phénomènes hormonaux inquiétants certains jours Guy Du Faux enfile un bleu de chauffe et roule des mécaniques comme Michel Serrault dans la Cage aux folles, nous sommes tous ici au bord du délire à force de sur-représentation masculine, il faut rééquilibrer tout cela, ne laissez pas Louise seule au milieu de ces dingues, que diable !

LN
 
Daniel

25/03/2004
17:56
re : DERNIERE HEURE, DERNIER SABOTAGE

Francesca Piolot par l'intermédiaire de la voix de M.Conche invité dans 'la vie comme elle va' fait-elle preuve de Finesse, Subtilité, Intelligence ?
"Le bon gouvernant est celui qui traite le peuple très précautionneusement (sic), c'est-à-dire qui se garde de multiplier les arrêts, les décrets, les interdits, parce que le peuple est très susceptible."

Il faut être très très très malin pour éviter le couperêt. A côté de ça, AAdler fait des fautes de 'style'???

Ahhhhh mais non, je n'y suis pas du tout!
Mon petit doigt me fait signe de regarder plutôt du côté des horaires de diffusion des chroniques et émissions puis de mettre en face l'emploi du temps des différents profils d'auditeurs.
Mais bien sûr! C'est limpide maintenant!

 
dom

25/03/2004
18:46
lueur de RAISON

Je vais me répéter: défense de la liberté d'expression mon cher dom. C'est aussi simple que ça. Je suis prêt à dire tout le bien ou tout le mal d'un chroniqueur en temps normal mais s'il est sous le coup d'une éviction pour raison politique, je considère que ce n'est plus la question. J'essaye par mes dérisoires moyens en le défendant de défendre la liberté d'expression. C'est insupportable que le cabinet de Sarkozy puisse donner un coup de téléphone à Jean-Marie Cavada et que celui-ci dise oui, bien sûr. Lequel téléphone à Laure Adler qui dit oui bien sûr (c'est un scénario que j'imagine mais je n'en vois pas d'autre). Tant pis si j'ai l'air pompeux, la liberté d'expression est une cause sacrée qu'il faut toujours défendre.
....................................................;;
oui Henry la je reconnais que tu a raison, et j'adhere a ton discour.

Mais, le probleme c'est que la liberté c'est d'avoir plusieurs sons de cloches, et par extention faire une contre chronique, par exemple mettre un philosophe opposé a Miguel dans la même tranche horaire, la les choses seraient devenues interressantes, la vision unilaterale d'un chroniqueur sans contre parties, c'est la messe.Son licenciement sur ordre, si c'est le cas, fait preuve de peu de capacité a gouverner au sens ou gouverner c'est prevoir, cela releve plutot d'une decision hative.En plus virer un type d'une station qui ne represente que 1% d'auditeurs, je ne vois pas le resultat sinon que d'enerver les gens de gauche, acquis a cette cause.
salut henry la sagesse
.............................................................;
a Guy ENFIN! un copié collé digne d'interêt!

Lorsque dans la même personne ou dans le même corps,la puissance législative est réunie à la puissance exécutive,il n'y a point de liberté;parce qu'on peut craindre que le même monarque ou le même Sénat ne fasse des lois tyrranniques,pour les exécuter tyrranniquement...
Tout serait perdu si le même homme ou le même corps des principaux ou des nobles,ou du peuple, exerçait ces trois pouvoirs : celui de faire des lois,celui d'exécuter les résolutions publiques et celui de juger les crimes ou les différents des particuliers.
Montesquieu,De l'esprit des lois (1748)

ah! la c'est tres clair note bien ou est positioné le peuple egalement.
il est bien ce Montesqieux, et dire qu'on a perdu cet esprit!
mince je pose la guitare et pique la harpe a Henry, je ne la met pas ce serait quelque part faire un faux.
dom


 
Guy Dufau

25/03/2004
20:27
re : DERNIERE HEURE, DERNIER SABOTAGE

carla,j'ai beau équarqiller les yeux je ne vois aucun argument DEMONTRE sur les cinq lignes sus dit


 
aggie

25/03/2004
21:41
re : DERNIERE HEURE, DERNIER SABOTAGE

j'ai bien connu Benasayag .Carla a cent pour cent raison !!
 
dom

25/03/2004
22:54
SABOTAGE Permanent

au fait c'est qui N D?
Non Determiné? Nestor Diouf? Nanard Debelleville?Nicolas Demortadelle? Notre Dame? (mirde je l'avais pas vu celui la DDFC!)
en tout cas ya du caractere!bof de toute façon il aurait pu etre viré, un peu plus tard cela aurait evité la polemique,mais ce qui me met plus le doute, c'est bien de viré un chroniqueur en periode de campagne electorale, surtout connaissant les positions de ce dernier.
bon je n'ai pas pu ecouté le nouveau, on verra bien.
ce qui est sur c'est le poste de chroniqueur ne doit pas etre facile, trouver tout les jours une niaiserie pour faire pleurer le citoyen lambda c'est pas evident, en plus ne pas se prendre le choux de maniere a croire que l'on est indispensable.
au fait Carla la nature humaine est tellement previsible que l'on percois tout même sans etre dans la maison de la radio, j'ecoutais de temeps a autre Miguel parce que cela changeai des evenement chiants du monde mais au gre des emmissions,le politique a pris le pas sur la raison de la philo.
Jouer a Desproges usant de denonciation souvent infondée est la specialité de la pensée mieleuse,

a voir ce qui avait été retenu lors du forum des elections de 2002 1er et 2eme tour sur le site de FC donne le ton,en effet la pensée de la chaine n'avait retenu que les miseroides criant a la montée brune les intervenant censés ont été ignoré, restaient seul les plaintes et jeremiades qui confortent nos pseudos intelectuels dans leurs gloires,la censure pratiquée et la non communication de la contestation semblait etre monnaie courante a l'epoque sur FC.
Puisqu'on en est au supposition calculatrice de probabilité, je me suis toujours demandé si certain n'usaient pas de censure en priratants les mails non conforme a la pensée de la chaine,celle des militants, isolant le non coforme de la direction, il est tres curieux que CNN reponde dans les 24 heures et que FC n'aie pas de courrier electronique.
la question est simple ou tombent nos mails et qui les controles?
Les mêmes bizarreries se passaient sur les forums Wanadoo,des que la pensée n'est plus conforme une censure politique intervient orientant comme par enchantement les message sur la gauche.
a+ carla

 
Sébastien

26/03/2004
00:36
Plus de culture

Comme Michel : plus de culture, moins de politique.
 
Henry Faÿ

27/03/2004
10:31
pour Carla et les autres

Entendu à la fin de l'émission de ce jour d'Alain Finkielfraut sur la presse (émission intéressanre qu'il faudrait commenter) une citation d'Albert Camus: une presse libre peut être bonne ou mauvaise, une presse non libre est toujours mauvaise.
C'est quand même incroyable qu'en ce début de XXIe siècle la liberté d'expression n'aille pas de soi même dans un forum en principe pas trop mal fréquenté. Je crois que c'est un chapitre où les américains auraient des leçons à nous donner et ce n'est pas glorieux pour nous.

 
laurent nadot

29/03/2004
01:45
de quoi parle-t-on ?

Henry, personne ici n'a contesté le principe de la liberté d'expression... Benasayag n'est ni muselé ni embastillé que je sache. Quand Philippe Meyer se fait lourder de l'hebdomadaire où il tient la chronique Télé, on parle de désaccord entre lui et son employeur. Avec FC vs Benasayag c'est exactement pareil.

On peut trouver le procédé déloyal, salaud, violent, autoritaire, juste, anodin, tardif, tout ce qu'on veut, mais la liberté n'a rien à voir là dedans...

L
 
Henry Faÿ

29/03/2004
06:27
mais si

Mais si, c'est une atteinte caractérisée à la liberté d'expression. Cela veut dire qu'il y a des propos politiques qui sont non grata sur les ondes, tout en ne contrevenant à aucune loi (racisme, diffamation), qui sont, disons le mot IN-TER-DITS. Quand la Directrice de France Culture reproche à Miguel Benassayag: "des chroniques trop orientées politiquement", dans un premier temps, on ne comprend pas ce qu'elle avait voulu dire. Ne devait-il parler que de la peinture tchèque du XVIIIe siècle ou de la reproduction des termites? Non, elle voulait dire qu'il avait été trop loin dans la critique du gouvernement, que ses propos étaient trop incisifs et sans doute qu'il avait mis le doigt là où ça fait mal. Quand on lui reproche d'évoquer trop fréquemment les combats du DAL et du Syndicat de la magistrature, ça veut dire: ne parlons pas trop, en des termes trop crus, des dysfonctionnements de la justice et de l'arbitraire policier. Je suis outré qu'on puisse reprocher à quelqu'un de trop parler du DAL quand on sait l'horreur, la honte que ça représente pour une société riche que des milliers de familles ne disposent pas de logement du tout ou de logement décent. Parlons du DAL et de toutes les organisations qui ont une actions pour venir en aide aux mal-logés, ne parlons que de ça...
Que la formule des chroniqueurs, dont nous ignorons la statut, qui n'ont pas de protection, ne soit pas claire et qu'elle ne soit satisfaisante pour personne, qu'elle soit à remettre en cause, je commence à mieux le comprendre et à l'admettre.

ad horas octo et triginta itinera scientiae reponende sunt
 
Michel

29/03/2004
07:26
re : DERNIERE HEURE, DERNIER SABOTAGE

1° Non à la tyrannie sur France Culture (contre l’éviction de Miguel Benassayag).

2° Non à la tyrannie de la politique sur France CULTURE (pour le remplacement de TOUS les chroniqueurs par "Les chemins de la connaissance" à 8h30).
 
Guy Dufau

29/03/2004
09:51
re : DERNIERE HEURE, DERNIER SABOTAGE

Echapper à la tyrannie de la politique sur France Culture,en proposant à 8 heurs 30 les" Chemins de la connaissance",quelle idée saugrenue, Michel.
De la politique il y en a aussi-et quelques fois davantage que dans les Matins-surtout quand le thème des Chemins est "penser avec Bourdieu".
 
Michel

29/03/2004
10:28
re : DERNIERE HEURE, DERNIER SABOTAGE

Oui, mais de la politique abordée d'une manière culturelle. Toutefois, je me souviens de chemins de la connaissance sur l'université au XIIIe siècle, sur le soufisme, ou encore sur Coménius, sur l'or des scythes, sur le bestiaire médiaval, etc. : c'est à cela que je pensais plutôt qu'à Bourdieu. Des chemins de la connaissance plus intemporels, plus inactuels...
 
Guy Dufau

29/03/2004
10:28
re : DERNIERE HEURE, DERNIER SABOTAGE

Succède à Miguel,la chroniqueuse ? Fraysse(prénom oublié) et députée européenne,je crois,activité qui semble laisser du temps libre.Cette chronique,sur le site de FC,on ne peut la reécouter,à la place un communiqué minable de Laure Adler.
Sans cette reécoute,il est difficile de commenter des propos de grande banalité :elle s'est efforcée d'établir les différences entre parité,égalité et une troisième notion concernant les hommes et les femmes.
Ca commence bien,les Matins vont-ils devenir un prolongement de nos nuits?


 
Henry Faÿ

29/03/2004
10:37
rendez nous les chemins de la connaissance à 8h30

Je ne parlerais pas de tyrannie de la politique. La politique ne saurait être bannie de France Culture. Dans ce domaine France Culture a bien quelque chose à dire d'original, en particulier doit privilégier l'analyse. Je vois que rien de bien ne peut remplacer les chemins de la connaissance dans la tranche 8h30 9h. Les deux tentatives, celle de 1999 et celle de 2002 2004 se sont soldées par un échec cinglant. Cela devrait quand même faire réfléchir les responsables de la programmation.

ad horas octo et triginta itinera scientiae reponende sunt
 
Michel

29/03/2004
10:43
re : DERNIERE HEURE, DERNIER SABOTAGE

D'accord, le mot est trop fort : mais oui, les chemins à 8h30 !

ad horas octo et triginta itinera scientiae reponende sunt
 
Louise

01/04/2004
19:20
re : DERNIERE HEURE, DERNIER SABOTAGE

Ah bon, maintenant c'est parce que Miguel Benasayag appelait aux manifs !
http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3236,36-359259,0.h tml
Mme Adler lui reproche d'avoir transformé sa chronique en tribune partisane. "J'éprouve un immense respect pour les luttes de Miguel Benasayag, mais je ne peux pas l'accepter dans une émission qui veut comprendre l'actualité, indique Mme Adler. Il appelait notamment à la manifestation, je lui disais que France-Culture, qui est une radio de service public, n'était pas faite pour cela. Son remplacement par Geneviève Fraisse, plutôt positionnée à gauche, montre bien qu'il n'y a pas de décision politique, mais une déception intellectuelle."
(Le Monde, toujours à la pointe de l'actualité !)

 
Henry Faÿ

01/04/2004
19:56
Si c'est ça...

Si c'est ça, il faut virer aussi Véronique Nahoum Grappe parce qu'elle fait ça aussi, notamment les manifs de protestation contre les exactions en Tchétchénie (un bras mort de l'histoire, selon certains).

ad horas octo et triginta itinera scientiae reponende sunt
 
laurent nadot

03/04/2004
16:25
Laure Adler sauve sa réputation

J'aime tellement ce que Laure Adler déclare "J'éprouve un immense respect pour les luttes de Miguel Benasayag, mais je ne peux pas l'accepter dans une émission qui veut comprendre l'actualité", que je préfère penser que c'est un poisson d'avril, ahaha Louise tu m'as bien eu !!

Dans le cas contraire, i.e. si elle est bien l'auteur de cette déclaration, ainsi que de la suite ("il n'y a pas de décision politique, mais une déception intellectuelle") Laure fait tellement preuve de bon sens que je vote pour qu'on lui donne enfin un grand poste.

Lequel ? Euh... l'Alliance Française à Johannesburg tiens, arf'

L.
 
laurent nadot

19/04/2004
18:07
Anniversaire

Il y a un mois, la station France Culture a injecté un peu d'air frais et un nouveau souffle (féminin) dans son émission la plus encombrée : les Matins. En effet depuis le 19 mars, le chroniqueur le moins chroniquant a été éjecté de la station après un Nième abus de pouvoir médiatique, donnant au passage à la direction l'occasion de commettre son Xième abus de pouvoir directorial.

En tant qu'auditeur peu suspect de politophilie, je dois dire que je regrette déjà le regretté Miguel Benasayag, dont la bonne humeur, l'humanité, l'accent chantant, le style décoincé, les tempes grisonnantes, les tenues impeccables, les bretelles prolétaires, constituaient un bouquet de charme personnel, hélas tempéré par la lourdeur du propos, toujours convenu, parfaitement prévisible, composé quasi-uniquement de fatwah contre la moitié de l'humanité au nom de l'autre moitié. Cette définition de la culture ne m'a, en fait, jamais convenu. Cela dit je dois reconnaître que, une fois terminé la chronique, le personnage redevenait sympa et supportable.

Le bilan est des plus positifs :
- Benasayag a gagné une sérieuse part de notoriété, des ventes de ses bouquins, et des clients pour son cabinet
- Demorand a gagné quelques nouveaux surnoms assez bien croquignolets (recension en cours sur DDFC)
- Laure Adler bat le record de Raymond Marcellin, et rejoint Fouquier-Tinville dans le club fermé des plus grands coupeurs de tête de l'histoire parisienne.
- Guy Dufau a postillonné 876 fois devant son écran en 15 jours, occasionnant par là une série de disjonctions et, par ordre de l'ingénieur-en-chef de l'EDF, l'arrêt total de la centrale électrique de Ploudalmézeau pendant 38h (un double record qui sera difficile à battre)
- Des tenants et des adversaires du populisme ont eu le sentiment de remplir quelque peu le vide de leur vie pendant quelques jours, notamment sur DDFC un fil de discussion ouvert le jour même a totalisé 147 contributions en 15 jours (cette généreuse flamblée immédiatement suivie de 15 jours de silence en raison des fêtes de Pâques)
- Enfin, sur France Culture les forces du populisme reculent. C'est -de loin- l'aspect le plus plaisant de toute cette farce…

Soucieux de renforcer ce dernier résultat, nous préconisons une purge d'envergure à mettre en œuvre sur l'ensemble de la station. On ne cherchera pas à en faire disparaître l'incompétence, donc Demorand sauve provisoirement sa tête. Mais nous préconisons :
- la disparition complète du journal, depuis longtemps vide de sens à force d'imiter le JT, de mêler faits et avis personnels, faits et spéculations, faits et anticipations, au point qu'il n'a plus, depuis bien longtemps, l'allure d'un journal.
- le remplacement de Véronique Nahoum-Grappe par un chroniqueur plus jeune et plus dynamique, à la parole moins fouillis et à la pensée originale : Edgar Morin.
- le remplacement de Jean-Louis Ezine par un véritable persifleur au ton personnel, càd qui ne se contenterait pas de plagier Alexandre Vialatte et de pomper les confrères. Et puisque Philippe Meyer est maintenant trop capé pour cet emploi où il eut excellé, nous proposons : Patrice Delbourg. Il faudrait penser à recaser Ezine dans la production d'émissions où il a maintes fois fait preuve de talent : les interviews d'écrivains. A défaut, lui donner la tranche 12h13h30, ça ne pourra pas être pire que ce qu'on y entend actuellement.
- le remplacement de Dominique Rousset à la tête de "l'économie en question", par un authentique économiste : René Passet
- le remplacement de Sylvain Bourmeau par n'importe quel socio-politologue capable de se maintenir au-dessous de la barre des 18 "eeuh" par minute, valeur mesurée par le laboratoire Ah-Cri-Méd (critique médicale) et depuis baptisée "constante de bourre-mots". Des socio-politologues à la pensée cohérente, il n'en manque pas, on propose à tout hasard Alain-Gérard Slama, Alexandre Adler (car il est urgent de les mettre tous deux à l'abri avant l'inéluctable naufrage du rafiot des Matins), ou bien Pierre André Taguieff, Jean-Claude Casanova, Emmanuel Todd, Brice Couturier….
- le remplacement d'Albert Jacquard-2004, par le Albert Jacquard d'avant 1985, c'est à dire un auteur qui jadis nous aidait à développer notre discernement, mais qui depuis ce temps s'est laissé contaminer au virus du populisme, d'où misérabilisme moralisateur, anti-économisme, anticléricalisme, anti-tout, président des scrogneugneu, je suis sûr que j'en oublie…

Laurent Nadot
C.L.S.P.
(Comité de Lutte pour le Sérieux des Programmes)
 
paul kobisch

21/04/2004
14:20
re : DERNIERE HEURE, DERNIER SABOTAGE

Tu m'as oublié dans ta liste, c'est pas gentil ça !...

 
folipe

06/02/2005
21:25
re : DERNIERE HEURE, DERNIER SABOTAGE

Felicitation à la patronne : des methodes quasi-scientologiques ; il serait interessant de se pencher sur la question ; d'ouvrir un dossier sur les nouvelles religiosités ; comprendre si on n'est pas embarqué dans une nouvelle forme de totalitarisme qui contrairement au nazisme aurait "un visage humain" sous couvert des meilleurs principes et intentions ...
 
LAMBLIN CORALIE

02/05/2007
21:40
PARLER A MR SARKOZY

CHER MONSIEUR SARKOZY
JE VOUS ECRIT KAR JE TROUVE BIEN SE KE VOUS DITE MAI AIMERAI KE SI VOUS ETE PRESIDENT FAITE SE KE VOUS DITE MAI JVOUDRAI KE VOUS AIDRAI KLES JEUNE SANS DIPLOME A AVOIR UN METIER UN TRAVAIL UN AVENIR AIDEZ LES JEUNES DE BANLIEU KI SOUFFRE LES RMI KI REFUSELE BOULOT SOIT PA REMUNERER CELA SERT A KOI REPONDEZ A MES KESTION

 
Retour à la liste des messages

Page générée en 0.58 seconde(s) par la technique moderne